Que symbolisent les quatre cavaliers ? (Apoc. 6:2-8)


merVerre

Je regardai, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait avait un arc; une couronne lui fut donnée, et il partit en vainqueur et pour vaincre. Quand il ouvrit le second sceau, j'entendis le second être vivant qui disait: Viens. Et il sortit un autre cheval, roux. Celui qui le montait reçut le pouvoir d'enlever la paix de la terre, afin que les hommes s'égorgeassent les uns les autres; et une grande épée lui fut donnée. Quand il ouvrit le troisième sceau, j'entendis le troisième être vivant qui disait: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval noir. Celui qui le montait tenait une balance dans sa main. Et j'entendis au milieu des quatre êtres vivants une voix qui disait: Une mesure de blé pour un denier, et trois mesures d'orge pour un denier; mais ne fais point de mal à l'huile et au vin. Quand il ouvrit le quatrième sceau, j'entendis la voix du quatrième être vivant qui disait: Viens. Je regardai, et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l'accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l'épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre.

Apocalypse 6:2-8 - Louis Segond

 


⚪ Les 4 cavaliers = 1 le pape, 2 l'antéchrist/papauté, 3 l'antéchrist, 4 la papauté
⚫ Les 4 cavaliers = 1 Jésus, 2 éléments financiers/militaire/politique/ecclésiastiques, 3 des accapareurs/ profiteurs, 4 les fléaux liés à la Grande Guerre.
⚫ Les 4 cavaliers = 1 Jésus, 2 les guerres, 3 la famine, 4 la mort depuis 1914


 

 

⚪ Les 4 cavaliers de l'Apocalypse : 1 l'évêque de Rome (pape), 2 l'antéchrist - papauté, 3 l'antéchrist, 4 la papauté

 

[1] Et voici, parut un cheval blanc. - Ce cheval blanc était une figure représentant les doctrines et les enseignements de Jésus et de ses apôtres... celui qui le montait. - C'était l'évêque de Rome, le pape en formation, le représentant de satan...

[2] Et il sortit un autre cheval qui était roux. - Ce cheval ou ces fausses doctrines différaient beaucoup des l'Ecritures qui furent singulièrement altérées déjà alors. Le roux est la couleur du péché, de l'imperfection, il est voisin du rouge. "Si vos péchés sont comme le cramoisi". - Es. 1:18... Et à celui qui était monté dessus, il fut donné la puissance d'enlever la paix de la terre. - Le cavalier était encore le même, c'était l'antéchrist, la papauté; elle obtint le pouvoir de confondre et d'embrouiller doctrinalement ceux qui avaient des principes religieux, c'est-à-dire tous ceux qui prétendaient former l'église de Dieu... Et une grande épée lui fut donnée. - Le seigneur à une grande et puissante épée qui est l'épée de l'esprit, la Parole de Dieu...

[3] et voici parut un cheval noir. Celui qui le montait. - Ce cheval noir symbolise une négligence et un mépris complets des enseignements des Ecritures et leur remplacement par des hideuses croyances, par des bulles papales et des décrets de conciles. Le cavalier de ce cheval est toujours l'antéchrist qui conduit peuples et clergés...

[4] Je regardais et voici, parut un cheval d'une couleur pâle. Celui qui le montait se nommait la mort. - Le cheval pâle ou livide était l'effroyable théorie papale qui demandait l'extermination des véritables enfants de Dieu... Le cavalier était encore le même, c'était la papauté...

Source : 🇫🇷 1917 - Le Mystère Accompli, page 121, page 122, page 127, page 129 + Cover

Voici la version américaine :

[1] And behold a white horse.—The doctrines, teachings of the Lord and the Apostles recognized as the one and only rule of faith and practice of God's Church. And he that sat on him.—The Bishop of Rome, the embryo Pope, the personal representative of Satan. [...]

[2] And I beheld and lo there went out another horse.— A creed-horse, quite different from the Scriptures which it misrepresented. That was red-—The color of sin—imperfection. "Though your sins be as scarlet"—Isa. 1:18. And power was given to him that sat thereon.—The same rider, the Antichrist To take peace from the earth.—To embroil in controversy those who were under religious restraint—in other words, the entire professed church of God. And that they should kill one another.—Depose and destroy one another as teachers, by inveighing the Roman power against all offenders. And there was given unto him a great sword.—As the Lord has a great and powerful sword, the Sword of the Spirit, which la the Word of God [...]

[3] And I beheld, and lo, a black horse.—Complete disregard of the Scriptures by clergy and people alike, and in their place the ugly creeds and bulls of popes and councils. And he that sat on him.—The same rider, the Antichrist [...]

[4] And I looked, and behold a pale horse.—The ghastly and horrible teachings that God's true people must be "exterminated." "The ghastly green of terror and of death. The word Is used of grass in Rev. 8:7; 9:4; Mark 6:39."—Cook. And his name that sat on him was Death.—Still the same rider, the Papacy; [...]

Source : 🇺🇸 1917 - Studies in the Scriptures, Vol 7, The finished mystery, page 106, page 112, page 114 + Cover

 

⚫ Les 4 cavaliers de l'Apocalypse : 1 Jésus Christ, 2 éléments financiers/militaire/politique/ecclésiastiques, 3 des accapareurs/des profiteurs, 4 les fléaux liés à la Grande Guerre.

 

Cette 2e interprétation est liée à la première Guerre mondiale (1914-1918)

[1] Le premier sceau révèle Christ Jésus glorifié, assis sur un cheval blanc, équipé pour la guerre et partant "en vainqueur et pour vaincre".

[2] Le cheval roux apparaît; à son cavalier fut donné "le pouvoir d'enlever la paix de la terre afin que les hommes s'égorgeassent les uns les autres". Ce sont en particulier les éléments financier, militaire, politique et ecclésiastiques de l'organisation de Satan qui se liguent ensemble pour enlever la paix de la terre, ce qu'ils ont du reste fait. Cela se passa de 1914 à 1918 [...]

[3] Comme il regardait, explique Jean, il vit un cheval noir dont le cavalier portait une balance. C'est là une représentation appropriée des accapareurs, des profiteurs, du gros négoce de l'organisation du diable avec leurs fausses balances et faux poids, qui fixèrent les prix des denrées alimentaires à leur gré avec l'assentiment des hommes politiques et du clergé de la prétendue chrétienté. [...] le petit peuple devait souffrir, tandis que de gros commerçants ultra-égoïstes réalisaient d'énormes profits [...] Ce devait être la voix de Jésus qui annonça jadis prophétiquement les famines, les disettes qui allaient se faire sentir au cours de la guerre mondiale, et la façon dont les hommes agiraient en ce temps-là. [...] "Une mesure" (grec chonix) représentait la ration quotidienne de céréales, et ainsi cette ration d'un jour pour le gain d'un jour indique que les accapareurs, les profiteurs, s'approprieraient tout sauf ce qui serait indispensable pour nourrir le "commun des hommes", afin qu'ils pussent se battre. Les marchands d'huile et de vin devaient avoir leur part du butin [...] La Russie interdisait l'usage des boissons alcooliques durant la guerre. [...]

[4] Nous contemplons "un cheval pâle" avec son cavalier. La pâleur traduit la maladie, de sorte que cette monture blême représente la peste et la mort. Le nom du cavalier est "la mort". Ce tableau dépeint les fléaux qui accompagnèrent ou suivirent de près la Grande Guerre, les plaies, épidémies, pestes, que Jésus avait prédites. Les statistiques officielles ont prouvé que le nombre des victimes de la grippe était de plusieurs millions supérieur au nombre des soldats tués pendant les quatres années de la guerre mondiale. Des millions d'humains descendirent ainsi prématurément dans la tombe et les entrepreneurs de pompes funèbres firent de bonnes affaires.
Au cavalier dont le nom était "la mort" fut donné "le pouvoir sur le quart de la terre".
Source : 🇫🇷 1930 - Lumière, vol 1, page 78, page 79, page 80, page 81, page 83, page 84 + Cover

Voici la version américaine :

[1] The first seal discloses the glorified Christ Jesus seated upon a white horse, equipped for war and going forth "conquering, and to conquer".

[2] The red horse appears, and to the one riding thereon was given the power to "take peace from the earth, and that they should kill one another". It is Satan's organization, particularly the financial, military, political and ecclesiastical elements, consorting together to take peace from the earth, which they did. That occurred from 1914 to 1918,

[3] Looking, John states that he saw a black horse with the rider carrying "a pair of balances", That was the profiteers, or commercial element of the Devil's organization, with false scales or balances, manipulating the prices of food by the connivance and consent of the politicians and the clergy of so-called "Christendom". [...] the common people were made to suffer while the ultrasclfish men of commerce reaped great profits [...] That must have been the voice of the past from Jesus when he foretold the famines or food-shortuges that would come at find during the World War and foretold the methods of dealing at that time. [...] "A measure" (Greek, choenix) represented the amount of corn for a day's food, hence a day's food for a day's labor indicated that the profiteers would get all except what was barely neccessary to feed "the common herd" so that they could fight. The oil and wine dealers must have their share of the spoils, [...] Russia stopped the use of intoxicating liquors during the war.

[4] "A pale horse" appears with its rider, which literally means a horse of pallid hue or sickness, representing pestilence and death; and the name of the rider is Death. Thus was pictured the death-dealing agencies that came with and immediately followed the World War, to wit, plagues, disease and pestilence, which Jesus foretold. It is authoritatively reported that millions more people died from the pestilence of "the flu" than were killed in the four years of the World War. Millions went into premature graves. The undertakers had a big business.
The name of the rider was Death and he was given power over "a fourth part of the earth", which manifestly means to the four corners of the earth.

Source : 🇺🇸 1930 - Light, vol 1, page 73, page 74, page 75, page 76, page 77 + Cover

 

⚫ Les 4 cavaliers de l'Apocalypse : 1 Jésus Christ, 2 les guerres depuis 1914, 3 la famine, 4 la mort depuis 1914

 

[1] Un peu plus loin dans la même série de visions, le "Révélateur des secrets" nous donne les moyens d'établir sans erreur possible l'identité du cavalier monté sur le cheval blanc. En Révélation 19:11-16, on voit de nouveau un cheval blanc, mais cette fois-ci celui qui le monte est clairement identifié. Le fait qu'un cheval blanc apparaisse à deux reprises dans ces visions prophétiques indique qu'il s'agit du même cheval, et que son cavalier nous est présenté sous divers aspects de son rôle et de ses activités. Dans la scène finale, le cavalier est nommé. Il est appelé "Fidèle et Vrai", "La Parole de Dieu", et "Roi des rois et Seigneur des seigneurs". Toutes ces désignations ne laissent planer aucun doute quant à son identité. Ce cavalier n'est autre que le Seigneur Jésus Christ.

[2] Le deuxième cheval a une robe "couleur de feu", ou rouge vif" (Révélation 6:3, 4) A son cavalier on donne "d'oter la paix de la terre pour qu'ils s'égorgent les uns les autres". On lui donne "une grande épée". La prophétie inspiré s'est réalisé quand l'année 1914 a vu le début de la guerre [...] vingt et un ans plus tard, la Seconde Guerre mondiale éclatait [...] Depuis lors, les guerres n'ont pas cessé...

[3] Le troisième cheval est noir, et son cavalier tient une balance à la main (Révélation 6:5, 6)... Cela évoque fort bien le manque de nourriture sur une échelle encore jamais vue. C'est ce qu'on a observé depuis 1914... des millions de gens sont morts de faim...

[4] Quant au quatrième cheval, il est "blême", d'apparence maladive. Le nom de son cavalier est la "Mort" (Révélation 6:7,8). Cela représente très bien le grand nombre de décès qu'on a enregistrés depuis 1914, non par mort naturelle, mais par suite du manque de nourriture ou de la famine, de la guerre et de la violence, de plaies et de la maladie.

Source : 🇫🇷 La Tour de Garde, 1 Janvier 1986, page 5, page 6, page 7 + Cover

Voici la version américaine :

[1] Unmistakable identification of the rider on the white horse is given by the “Revealer of secrets” later in the same series of visions. At Revelation 19:11-16, a white horse is again seen, this time with clear identification of the rider. The fact that a white horse is seen twice in these prophetic visions indicates that it is the same horse and that various duties or activities of the rider are being depicted. In the latter scene, the rider is named. He is called “Faithful and True,” “The Word of God,” and “King of kings and Lord of lords.” Those designations leave no doubt as to the identity of the rider on the white horse. It is none other than the Lord Jesus Christ himself! [...]

[2] The second horse is “bright red,” or “fiery-colored.” (Revelation 6:3, 4, An American Translation) Its rider “was granted to take peace away from the earth so that they should slaughter one another.”He was given “a great sword.” This proved true when 1914 saw the beginning of the worst war in all human history, the first global war. Back then it was called the Great War. Just 21 years later World War II began, and it was even more devastating than World War I. Since then there have been constant wars. Altogether, since 1914, wars have taken some one hundred million lives.

[3] The third horse is a black one, and its rider has a pair of scales in his hand. (Revelation 6:5, 6) [...] This fittingly describes food shortages on a scale greater than ever before. That has proved to be true since 1914. Right from the outbreak of World War I, food prices soared. Millions died from hunger.

[4] As for the fourth horse, we notice that it is “pale,” sickly looking. The rider’ s name is “Death.” (Revelation 6:7, 8) It well symbolizes the vast number of deaths since 1914 by unnatural causes, such as food shortages and famines, wars and violence, plagues and diseases.

Source : 🇺🇸 The Watchtower, January 1 1986, page 5, page 6, page 7 + Cover


Cette dernière interprétation est redonnée en 2017 (de façon plus claire)


Les cavaliers de l’Apocalypse : qui sont-ils ?

[1] LE CAVALIER SUR LE CHEVAL BLANC
[...] Qui est le cavalier sur le cheval blanc ? Le même livre de la Bible, la Révélation, fournit un indice plus loin dans ses pages en nommant ce cavalier céleste «La Parole de Dieu» (Révélation 19:11-13). Ce titre, La Parole, revient à Jésus Christ en sa qualité de Porte-Parole de Dieu (Jean 1:1, 14). [...]

[2] LE CAVALIER SUR LE CHEVAL ROUGE
[...] Ce cavalier représente la guerre. Remarquez qu’il ôte la paix de la terre entière, et pas uniquement de quelques nations. En 1914, et pour la première fois de l’Histoire, une guerre mondiale a éclaté. Elle a été suivie d’une deuxième guerre mondiale, encore plus destructrice. [...]

[3] LE CAVALIER SUR LE CHEVAL NOIR
[...] Ce cavalier représente la famine. Ces versets décrivent de façon figurée un rationnement alimentaire si strict qu’un litre de blé coûterait un denier, soit, au Ier siècle, le salaire de toute une journée de travail ! [...] Au cours du XXe siècle, la famine a tué environ 70 millions de personnes. Selon une agence des Nations unies, « 805 millions de personnes — soit environ un neuvième de la population mondiale — étaient en situation de sous-alimentation chronique en 2012-14. »

[4] LE CAVALIER SUR LE CHEVAL PÂLE
Le quatrième cavalier représente la mort provoquée par des épidémies et d’autres causes. Peu après 1914, la grippe espagnole a fait des dizaines de millions de morts. Cinq cents millions de personnes auraient été infectées, soit à l’époque un humain sur trois.

Source : 🇫🇷 La Tour de Garde, n°3, 2017, page 4, page 5, page 6, page 7 + Cover - (ou en ligne)

Voici la version américaine :

The Four Horsemen—Who Are They?

[1] THE RIDER OF THE WHITE HORSE
[...] Who is the rider of the white horse? The key to his identity is found in the same Bible book, Revelation, which later identifies this heavenly rider as “The Word of God.” (Revelation 19:11-13) That title, The Word, belongs to Jesus Christ, for he acts as God’s spokesman. (John 1:1, 14) [...]

[2] THE RIDER OF THE RED HORSE
[...] This rider represents warfare. Notice that he takes peace away from not just a few nations but the whole earth. In 1914, for the first time in history, a global war erupted. It was followed by a second world war, which was even more destructive. [...]

[3] THE RIDER OF THE BLACK HORSE
[...] This rider represents famine. We find here a picture of food rationing so severe that a quart (1.08 L) of wheat would cost one denarius, a whole day’s wage in the first century! [...] About 70 million people died in famines during the 20th century. One authority estimated that “805 million people—about one in nine of the world’s population—were chronically undernourished in 2012-14.”

[4] THE RIDER OF THE PALE HORSE
The fourth rider represents death due to plague and other causes. Soon after 1914, the Spanish flu killed tens of millions. Possibly some 500 million people were infected, about 1 out of every 3 humans then alive!

Source : 🇺🇸 The Watchtower, n°3, 2017, page 4, page 5, page 6, page 7 + Cover - (or online)