Divinité de Jésus / La prière à Jésus

 

 

L'ensemble du récit des Ecritures confirme que Jéhovah est celui à qui les prières doivent être adressées... Prier des faux dieux ou leurs images, des idoles, est taxé d'absurdité, car les idoles n'ont pas la faculté d'entendre ni d'agir, et les dieux qu'elles représentent sont indignes d'être comparés au vrai Dieu...

Source : Etude Perspicace des Ecritures, Vol 2, page 661 - [Cover]

Ce texte de la Société Watchtower, enseigne que les prières ne doivent être adressées qu'à Jéhovah, et non pas à quelqu'un d'autre, qui serait obligatoirement un faux dieu (faute d'être le vrai Dieu).

Ainsi, la divinité de Jésus serait légitimé, si nous lisons quelque part dans la Bible, que Jésus est prié.



Etienne pria Jésus

Et ils continuèrent à lancer des pierres à Étienne, tandis qu’il appelait* et disait : “Seigneur Jésus, reçois mon esprit.”

Actes 7:59 TMN  

Les traducteurs de l'organisation des témoins de Jéhovah, ont choisi le verbe "appeler". Cependant, nous remarquons la présence d'un astérisque (*) au-dessus du mot "appelait".

Si nous ouvrons la Traduction du monde nouveau (TMN) avec notes et référence de 1995, à la page 1398, nous voyons que cette astérisque nous renvoie à une note en bas de page.

Découvrons ce que dit cette note :

Actes 7:59 priait closer Actes 7:59 priait note

Nous lisons clairement, que le mot appelait choisi par la société Watchtower, est remplaçable par les synonymes priait ou invoquait.

Si nous ouvrons la traduction interlinéaire du Royaume, à la page 556, nous voyons que là aussi, la Société Watchtower a choisi de traduire le mot " ἐπικαλούμενον " par appeal (appelait).

KIT Actes 7:59 p556 closer

À l'instar de la Traduction du monde nouveau, la traduction interlinéaire du royaume (Kingdom Interlinear Translation) met un astérisque (*) au dessus du verbe appeler :

KIT Actes 7:59 p556 asterisque

Cette astérisque nous renvoie également à une note en bas de page :

KIT Actes 7:59 p556 note

Cette note nous apprend qu'on peut également traduire par : invoquer ou prier (prayer).

Ainsi, Jésus est prié par Etienne.

 



Jean pria Jésus

“ Celui qui atteste ces choses dit : ‘Oui ; je viens vite ’ ” “Amen ! Viens, Seigneur Jésus.

Révélation 22:20 - TMN  

 

Il suffit de lire ce verset, pour en effet constater qu'il s'agit d'une prière que Jean adressa à Jésus. C'est d'ailleurs ce qu'enseigna la Société Watchtower dans son livre de 2006, intitulé : "La Révélation le grand dénouement est proche", à la page 319 :

LaRev GrandDenouement Cover p319 closer

 

Reprenons la suite du texte tout en haut, celui de l'Etude Perspicace des Ecritures, Vol 2, page 661

Certains prétendent qu’on peut tout à fait adresser des prières à d’autres qu’à Dieu, à son Fils par exemple, mais les faits prouvent le contraire. Il est vrai que dans quelques rares cas des paroles sont adressées à Jésus Christ au ciel. Étienne, sur le point de mourir, appela Jésus en disant : “ Seigneur Jésus, reçois mon esprit. ” (Ac 7:59). Toutefois, un examen du contexte révèle une situation qui explique ces paroles exceptionnelles. À ce moment précis, Étienne avait une vision de “ Jésus debout à la droite de Dieu ” ; aussi, réagissant sans doute comme s’il se trouvait en présence même de Jésus, il se permit de lancer cet appel à celui qu’il reconnaissait comme le chef, la tête, de la congrégation chrétienne (Ac 7:55, 56 ; Col 1:18). De même, à la fin de la Révélation, l’apôtre Jean déclare : “ Amen ! Viens, Seigneur Jésus. ” (Ré 22:20). Mais, là encore, le contexte montre que, dans une vision (Ré 1:10 ; 4:1, 2), Jean venait d’entendre Jésus parler de sa venue future et qu’il lui exprimait donc, par l’expression ci-dessus, son désir de le voir venir (Ré 22:16, 20). Dans ces deux cas, celui d’Étienne et celui de Jean, la situation ne diffère guère de celle où Jean conversa avec un personnage céleste dans la même vision de la Révélation (Ré 7:13, 14 ; voir aussi Ac 22:6-22). Rien n’indique que des disciples chrétiens se soient adressés ainsi à Jésus dans d’autres circonstances après son ascension. D’ailleurs, l’apôtre Paul écrivit : “ En tout, par la prière et la supplication avec action de grâces, faites connaître vos requêtes à Dieu. ” —Ph 4:6.

Etude Perspicace des Ecritures, Vol 2, page 661 + [cover]

 

Posons-nous la question : Pouvons-nous OUI ou NON prier un autre dieu que Jéhovah ?

L'article est formel : NON ! nous dit-il !

Donc sachant que l'on ne peut prier une autre divinité que Jéhovah, "le vrai Dieu", pourquoi Etienne et Jean aurait-ils prié un dieu (un second dieu selon les témoins de Jéhovah) ?

Le fait que ces hommes de Dieu ont prié Jésus, prouve qu'il est le vrai Dieu.

C'est confirmé par un autre point d'Actes 7:59. En effet, à qui Etienne a-t-il remis son esprit ?



À qui retourne l'esprit de l'homme ?

Et ils continuèrent à lancer des pierres à Étienne, tandis qu’il appelait* et disait : “Seigneur Jésus, reçois mon esprit.

Actes 7:59 - TMN  

Réponse : à Jésus !

Or d'après l'Ecclésiste 12.7, à qui retourne l'esprit ?

Alors la poussière retourne à la terre comme elle était, et l’esprit retourne au [vrai] Dieu qui l’a donné

Ecclésiaste 12:7 - TMN  

Réponse : à Jéhovah (le vrai Dieu) !



Erreur d'enseignement

Voici ce que dit l'organisation des témoins de Jéhovah dans le livre Etude perspicace des Ecritures:

[...] Il est vrai que dans quelques rares cas des paroles sont adressées à Jésus Christ au ciel. Étienne, sur le point de mourir, appela Jésus en disant : “ Seigneur Jésus, reçois mon esprit. ” (Ac 7:59). Toutefois, un examen du contexte révèle une situation qui explique ces paroles exceptionnelles. À ce moment précis, Étienne avait une vision de “ Jésus debout à la droite de Dieu ” ; aussi, réagissant sans doute comme s’il se trouvait en présence même de Jésus, il se permit de lancer cet appel à celui qu’il reconnaissait comme le chef, la tête, de la congrégation chrétienne (Ac 7:55, 56 ; Col 1:18)...

Etude Perspicace des Ecritures, Vol 2, page 661 + [cover]

Un examen du contexte révèle que c'est faux !

Car selon la Bible, Etienne n’a pas eu sa vision de Christ au moment de mourir, mais lors de la conclusion de son discours à l’intérieur de Jérusalem.

Vision dans Jérusalem, puis lapidé Hors de Jérusalem :

Mais lui, plein d’esprit saint, fixa le ciel et aperçut la gloire de Dieu et Jésus debout à la droite de Dieu, et il dit : “ Voyez ! Je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. ” Alors ils crièrent de toute la force de leur voix, ils mirent les mains sur leurs oreilles et se précipitèrent sur lui d’un commun accord. Et après l’avoir jeté hors de la ville, ils se mirent à lui lancer des pierres. Et les témoins déposèrent leurs vêtements de dessus aux pieds d’un jeune homme appelé Saul. Et ils continuèrent à lancer des pierres à Étienne, tandis qu’il appelait* et disait : “ Seigneur Jésus, reçois mon esprit. ”

Actes 7:55-59 - TMN  

Etienne fit cette prière à Jésus en toute conscience.

Soulignons une autre incohérence dans le verset suivant :

Et ils continuèrent à lancer des pierres à Étienne, tandis qu’il appelait* et disait : “Seigneur Jésus, reçois mon esprit.”
60 Puis, pliant les genoux, il cria d’une voix forte : “ Jéhovah, ne leur compte pas ce péché. ” Et après avoir dit cela, il s’endormit [dans la mort].

Actes 7:59-60 - TMN  

Dans la TMN, nous voyons qu'Etienne s'adresse à Jésus au verset 59, et à Jéhovah au verset 60.

Mais que dit vraiment le texte original ?

Vérifions-le dans la traduction interlinéaire du Royaume, à la page 556

KIT Actes 7:59 p556 v60

Le mot grec inspiré est Seigneur (Kurios), et pas Jéhovah

Le mot "Jéhovah" n'a pas sa place dans ce verset, puisque selon le règle établi par la Société Watchtower, on met le mot "Jéhovah" dans le Nouveau Testament si l'on a vérifié avant qu'il s'agit d'une citation de l' Ancien Testament.

Or ce verset n'est pas une citation de l'Ancien Testament.

Si l'on traduisait ce passage, sur la base du grec, que lirait-on réellement ?

Et ils continuèrent à lancer des pierres à Étienne, tandis qu’il appelait* et disait : “Seigneur Jésus, reçois mon esprit.”
60 Puis, pliant les genoux, il cria d’une voix forte : “Seigneur, ne leur compte pas ce péché.” Et après avoir dit cela, il s’endormit [dans la mort].

Actes 7:59-60 - TMN  

 

Si on poursuit cette étude, on constatera qu'Etienne et Jean ne sont pas les seuls à avoir prié Jésus.



Paul pria Jésus

Nous avons vu précédemment que le mot grec "epikaleomai" (ἐπικαλούμενον) contenu en Actes 7:59, est reconnu par la TMN , comme étant un synonyme de prier.

C'est d'ailleurs la traduction majoritaire existante.

Vérifions le code strong :

source : http://www.levangile.com/BibleS-44-7-59-complet-Contexte-non-Strong-1941.htm#strong


Le code strong " 1941 " correspond bien, au mot prier.

C'est exactement le même mot qu'on retrouve avec l'apôtre Paul et les chrétiens en Actes 9.14, Actes 9.21, Actes 22.16, 1 Cotinthiens 1.2

Vérifions-le :

source : http://www.levangile.com/BibleS-44-9-14-complet-Contexte-non-Strong-1941.htm#strong

source : http://www.levangile.com/BibleS-44-9-21-complet-Contexte-non-Strong-1941.htm#strong

source : http://www.levangile.com/BibleS-44-22-16-complet-Contexte-non-Strong-1941.htm#strong

source : http://www.levangile.com/BibleS-46-1-2-complet-Contexte-non-Strong-1941.htm#strong

 

Ce dernier verset enseigne que non seulement Paul, mais également "tous" priaient Jésus.

à vous qui avez été sanctifiés en union avec Christ Jésus, appelés à être saints, avec tous ceux qui, partout, invoquent le nom de notre Seigneur, Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre

1 Corinthiens 1:2 - TMN  

La traduction du mot "invoquer" est un synonyme du mot "prier" comme on l'a vu précédemment avec le code strong "1941", ainsi qu'avec les notes de la TMN et de la KIT concernant Actes 7:59.

Nous pouvons confirmer cela, avec la définition LAROUSSE de ce même mot :

invoquer : « Appeler une puissance surnaturelle à son aide par des prières : Invoquer Dieu, les saints, la Vierge. »



Que dit Jésus à ce propos ?

" tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié au sujet du Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. "

Jean 14:13-14 - TMN  

Loin d'enseigner qu'il ne faut pas prier Jésus, ce verset va même jusqu'à nous assurer que Jésus répondra personnellement à notre demande.

Si on regarde encore de plus près ce verset de "Jean 14:14", dans la traduction interlinéaire du royaume, à la page 499, nous lisons ceci :

ἐάν τι αἰτήσητε με ἐν τῷ ὀνόματι μου τοῦτο ποιήσω.

 

« Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai ».


Le mot grec « με » apparaissant, c’est donc bien : « si vous ME demandez » !

KIT John_14:14 closer

 

Si on regarde dans la TMN de référence, à la page 1376, nous voyons qu'il y a un astérisque (*) au-dessus du mot "demandez". Cette astérisque nous renvoie au bas de la page :

TMN Jean 14:14 closerNote

Voyons cela de plus près :

abreviation Jean 14:14

P66 : Papyrus Bodmer II, env. 200 de n. è. (éd. : Papyrus Bodmer II, Supplément, Évangile de Jean, chap. 14-21, par V. Martin, J. Barns. — Genève 1962). — [Ms. gr., Jean.]
א : (ʼAlèph) Codex Sinaiticus (Londres), IVe s. de n. è. — [Ms. gr., Écr. héb., Écr. gr.]
B : Codex Vaticanus, ms. 1209 (Rome), IVe s. de n. è. — [Ms. gr., Écr. héb., Écr. gr.]
W : Codex de Washington (Washington), Ve s. de n. è. — [Ms. gr., Évangiles.]
Vg : Vulgate, par Jérôme, env. 400 de n. è. (éd. : Biblia Sacra iuxta Vulgatam Versionem, par R. Weber. — Stuttgart 1983).
Syh : Version philoxénienne, VIe-VIIe s. de n. è. (éd. : Sacrorum Evangeliorum versio syriaca Philoxeniana, par J. White. — Oxford 1778. — T. 1). — [Ms. syr., Écr. gr.]
// : Version harkléenne, VIe-VIIe s. de n. è. Actuum Apostolorum et Epistolarum tam Catholicarum quam Paulinarum versio Syriaca Philoxeniana cum interpretatione et annotationibus, par J. White. — Oxford 1799-1803. — T. 2). — [Ms. syr., Écr. gr.]
Syp : Peshitta, Ve s. de n. è. (éd. : [Graphisme — Texte syriaque estranghelo], par S. Lee. — Londres 1826). — [Ms. syr., Écr. héb.]

Source :       TMN Etude Cover
TMN avec notes
et références
Intro p10
Page 10
Intro p12
Page 12
Intro p13
Page 13

 

Voyons également ce qu'enseigne le Nouveau Testament interlinéaire Grec/Français de Maurice Carrez (Docteur en théologie) :

NT interlineaire GF NTI-GF MC Jean 14:14
1) GNT (Texte Grec) : ἐάν τι αἰτήσητέ με ἐν τῶ ὀνόματί μου ἐγὼ ποιήσω.
2) Traduction littérale (sous le Grec) : Si quelque chose vous demandez à moi au nom de moi, moi je (le) ferai.
3) TOB (En haut à gauche) : Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.
4) FC (En bas à gauche) : Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.

 

Voici un autre exemple, où l'on trouve ce verset ainsi traduit :

La Sainte Bible du Club Français du Livre 1956 (Jérusalem) - Tome III, Jean 14:14 :

Jerusalem 1956 Tome 3 Cover Jerusalem 1956 Tome 1 pref Jerusalem 1956 Tome 3 Jean 14:14
Jerusalem 1956 Tome 3 Jean 14:14

Jésus nous encourage à Lui demander librement quelque chose par notre prière, en nous donnant l'assurance qu'il nous exaucera personnellement (JE le ferai) :

« Si vous me demandez quelque chose en mon nom, je le ferai ».

 

 

 

↩ retour DIVINITÉ DE JÉSUS
↩ retour TMN

 

¤¤¤¤¤
¤¤¤
¤