Affirmation de la présence de Christ sur la terre depuis 1874

 

retour en 1874

 

La déception de 1874 :

A propos de l'attente du Christ (physiquement) pour 1874, les Témoins de Jéhovah disent que Russell n'a pas adhéré à cette idée et qu'il a même écrit en 1873 une brochure pour la réfuter (écrite en vérité en 1877)(Annuaire des Témoins de Jéhovah, 1975, p. 36). Mais les faits historiques à ce propos nous montrent une autre réalité. Bien que Russell n'ait pas adhéré tout de suite officiellement à ce mouvement, il est incontestable qu'il avait des relations très étroites avec les responsables de l'Adventisme. Il y puise ses principales doctrines. En s'appuyant sur certaines données, nous pouvons même affirmer qu'il nourrit bel et bien beaucoup d'espoir pour l'année 1874. Il attend avec les Seconds Adventistes le retour visible du Christ pour cette date-là. A ce sujet le livre Mystère Accompli déclare ceci :

"Peu de temps après la déception éprouvé par Russell et ses amis en 1874 (au sujet de la venue du Christ) l'un d'eux qui lisait le journal religieux [...]"

Source : Le Mystère acompli, 1917, page 65

Donc, il est clair que Russell a attendu la venue visible du Christ pour 1874. Si ce n'était pas le cas, pourquoi lui et ses amis auraient-ils éprouvé de la déception ? De plus, en 1883 Russell lui-même dit :

"A propos de la seconde venue du Seigneur, alors que nous avions réalisé qu'il n'était plus un homme mais une créature à l'image du Père [...] nous n'avions pas su faire une application appropriée de cela à sa seconde venue et de façon irréfléchie et par ignorance, nous attendions plutôt un homme glorifié qu'un être spirituel [...] ce ne fut pas avant 1874 que les choses devinrent plus claires si bien que nous réalisâmes que lorsque Jésus viendrait ce serait sans être vu par des yeux humains de la même façon que si un ange venait"

Source : Watch Tower, August 1883, Page 513

Donc Russell et ses amis ont attendu le Christ "l'homme glorifié" visiblement pour 1874. Avant cette date, la venue invisible du Christ n'était pas claire pour lui et pour ses amis. La Prophétie de 1874 ne s'étant pas accomplie, Russell prend congé d'eux et commence à étudier certaines littératures qui défendent déjà un retour invisible du Christ. A ce propos il faut surtout souligner l'influence du journal "examinateur de la Bible", de Georges Storrs, collaborateur de Jonas Wendell (TG, Août 1883,p. p. 512-515). Ainsi, il arrive à la conclusion que le retour du Christ serait spirituel et non physique. Et en 1877, en réaction aux Adventistes qui attendaient un Christ visible, Russell écrit sa première brochure: "Le but et la Manière du retour du Seigneur", que la SDTJ date faussement de 1873 (Annuaire 1975, p36). D'ailleurs un spécialiste de la SDTJ, Bernard Blandre, démontre que les seuls exemplaires de cette brochure datent de l'année 1877, et non de 1873 (Benard Blandre, Des Adventistes à Russell, 1985, p40).

L'organisation des témoins de Jéhovah a affirmé avec force (50 ans au minimum), que Jésus avait effectué son retour en Octobre 1874. Elle a également enseigné que c'est à cette date que commença la moisson. Voyez par vous-même, ce qu'elle a publié à ce sujet :

french flag

1889 |-->

Russell enseigne que le rétablissement de toutes choses commence en 1874 :

Le chapitre suivant présentera les preuves bibliques que 1874 fut la date exacte du commencement des Temps de Rétablissement et, partant, celle du retour de notre Seigneur.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 181

Il faut donc que la 2500e année, qui serait le grand 5oe Jubilé, soit l'antitype, le vrai Jubilé ou Rétablissement [...] De même ici, ce ne serait ni l'année avant, ni l'année après la 2500e, ou la fin du cycle-type, qui serait juste, mais c'est bien cette seule année, partant d'Octobre 1874, que doit avoir commencé l'antitype, ou les Temps du Rétablissement.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 192

En prenant le parallèle de cela, nous devrions nous attendre à voir dans l'antitype justement ce que nous voyons se passer maintenant autour de nous ; car, comme nous allons le démontrer tout à l'heure, nous sommes déjà entrés dans la période du grand Jubilé antitype et y sommes depuis Octobre 1874

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 193

C'est seulement par la force de cette déclaration inspirée que nous avons une preuve claire du fait que le temps fut convenable pour le second avènement de notre Seigneur lorsque les Temps du Rétablissement furent convenables pour commencer, c'est-à-dire en octobre 1874, comme cela est marqué par l'arrangement du Jubilé.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 200

La moisson de cet Age-ci commença à la présence de notre Seigneur, au début du grand jubilé de la terre, en 1874, comme cela est montré dans le chap. VI et se termine au [début] du renversement du pouvoir des nations en 1914, période de quarante ans, ce qui constitue un autre merveilleux parallélle des deux Ages.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 251

L'automne de 1874, où les cycles du jubilé indiquent que le temps de la présence de notre Seigneur était venu, correspond au temps de son baptême et de son onction par le saint Esprit, lorsqu'il devint le Messie, le prince (Daniel 9:25), et qu'il commença son travail de moissonneur de la moisson judaïque.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 252

[...] un mouvement correspondant de la part de beaucoup (appelés plus tard Adventistes) [...] atteignit son apogée en l'année 1844, juste trente ans avant 1874, l'année dans laquelle Christ, l'Epoux et le Moissonneur vint réellement, comme l'enseignement sur le jubilé l'a démontré [...] il n'y eut [...] qu'un petit nombre qui s'éveillèrent au propre temps à la réalité de la présence du Messie. La grande masse nominale [...] manqua de reconnaître le temps de la visitation, [...] la masse d'Israël spirituel nominal trébuche maintenant. Elle est aveuglée par les traditions des hommes et les préjugés sectaires qui l'empêchent d'être convenablement éclairée par la Parole de Dieu, et n'a pas une conception convenable de la manière ou du but du second avènement du Seigneur [...] Le Rocher est maintenant présent, et les systèmes nominaux trébuchent, tombent et sont réduits en pièces, tandis que, comme au premier avènement, les véritables Israélites reconnaissent et acceptent chacun individuellement le Rocher ; et en grimpant sur cette vérité, ils sont élevés fort au-dessus des masses qui y achoppent et la rejettent. Ceux qui ont les yeux de leur entendement éclairés ne bronchent pas, mais en gravissant le Rocher et de ce point élevé, ils voient beaucoup plus clairement ce qui est passé et ce qui est à venir du plan divin. Ils voient des choses impossibles à exprimer relatives à la gloire future de l'Eglise et du jour de fête de la terre [...] Les apôtres et les prophètes témoignant de la correspondance des âges judaïque et chrétien comme type et antitype, il n'y a donc là aucune imagination. Nous ne nous basons pas non plus simplement sur les parallèles pour prouver que le travail de la moisson de la dispensation chrétienne est en voie d'exécution : comme nous l'avons déjà montré, le commencement et la fin de cette moisson sont encore indiqués en d'autres manières. Les cycles du jubilé prouvent que le temps de la présence de notre Seigneur Jésus et le commencement de son oeuvre de rétablissement devaient avoir lieu en automne 1874. Et le parallélisme dont nous avons parlé ci-dessus montre que cette date (1874) correspond exactement avec l'onction de Jésus comme Messie, au commencement de la moisson judaïque lors du premier avènement. Les temps des nations prouvent que tous les gouvernements actuels doivent être renversés vers octobre 1914,

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 258, page 259 et page 260

Un mouvement Adventiste en 1844, trente avant le temps réel de sa présence pour réveiller et éprouver l'Eglise Matthieu 25:1. "Présence réelle du Seigneur comme Epoux et Moissonneur en octobre 1874

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 265

 

Russell enseigne que la grande tribulation, le jour de Jéhovah (Harmaguédon), commence en 1874.

Russell a une conception tout à fait différente, concernant la signification de la bataille d'Harmaguédon que les Témoins de Jéhovah d'aujourd'hui. Harmaguédon était pour lui une période de grande tribulation précédant la fin des temps et non une bataille contre le mauvais système de choses. Ce temps de grande tribulation, Harmaguédon, commence en 1874 et e termine en 1914!

La venue d'Elie est mentionnée par le prophète comme devant avoir lieu « avant » ce grand et terrible jour de Jéhovah. Puisque, comme nous l'avons montré, le grand jour de Jéhovah commença en 1874, continuera pendant quarante ans et finira à l'expiration des temps des nations par le renversement complet de la domination mondaine et satanique de la terre et par l'investiture complète d'Emmanuel — Christ Jésus et ses saints — avec toute puissance et domination,

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 268 et page 269

D'après nous, ces paroles impliquent que dans le temps de la présence du Seigneur (le temps actuel - depuis 1874), par ce système de l'Antichrist (un des principaux agents de Satan pour tromper et maîtriser le monde) aussi bien que par tous ses autres agents, le diable opposera une résistance désespérée au nouvel ordre de choses qui est sur le point d'être établi.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 390

Le grand jubilé-antitype, le temps du rétablissement de toutes choses, eut son commencement en 1874, lorsqu'arriva le moment où la présence du grand Restaurateur devait avoir lieu [...] L'établissement du Royaume du Messie, promis depuis si longtemps, est par conséquent le grand événement imminent. Non seulement cela, mais il est déjà en train de s'établir [...] le renversement nécessaire des royaumes de ce monde qui sont sous le prince des ténèbres, le prince de ce monde, sont maintenant visibles dans une certaine mesure, même aux yeux naturels des enfants de ce monde ; combien plus clairement le sont-ils aux yeux qui considèrent les événements arrivant avec les lunettes d'approche des Ecritures, lesquelles, bien ajustes, rapprochent les choses éloignées et rendent les enfants de Dieu capables de reconnaître le plus petits détails que les yeux naturels ne peuvent discerner [...]

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 395 et page 396

Tenant compte du fait que par la suite des conjonctures de Josèphe tous les savants bibliques en dehors de la haute critique considéraient 536 av. J.-C. comme la date du retour d'Israël, et, en outre, le fait que d'après plusieurs prophéties accomplies vous saviez que 1874 était la date du retour du Seigneur, une telle méthode de calcul des fractions était certainement l'esprit de la vraie foi qui se confie là où elle ne trouve plus rien.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 407

Naturellement des traits de grâce et de colère ne correspondent pas, pas plus que 1914 et 70 ne correspondent, la première date étant située 40 ans après le commencement de la Moisson évangélique en 1874 et la dernière date à 41 ans après le commencement de la Moisson judaïque en 29. Cette méprise fut découverte en 1903 et corrigée en 1904 [...]

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 417

Des faits que le premier avènement de Christ en l'an 29 est un parallèle de Son second avènement en 1874 et que Sa résurrection en l'an 33 est un parallèle de la résurrection des saints endormis en 1878, nous concluons que ce que notre Seigneur fit dans la Moisson judaïque à partir de l'an 33 à l'égard de la vraie Eglise et de la Judée est un parallèle de ce que Jésus et l'Eglise au-delà du voile firent dans la Moisson évangélique à l'égard de la vraie Eglise dans la chair et de la chrétienté [...]

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol II, Le temps est proche (1889), page 419

1891 |-->

La Grande Pyramide d'Egypte expliquée dans ce volume n'a rien perdu de son intérêt pour l'auteur [...] La liaison entre le sommet de la Grande Galerie et les espaces situés au-dessus de la Chambre du Roi représente toujours la présence spirituelle de notre Seigneur dans la Moisson de cet Age qui commença en 1874.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), page VIII

Russell enseigne également que 1874 est l'accomplissement de la prophétie des 1335 jours heureux de Daniel 12:12-1 :

Mais, la parabole indique, parmi ces mêmes vierges, un second mouvement quelque peut analogue au premier mais cependant différent [...] au second mouvement, il n'y eut pas de déception, l'attente n'était plus nécessaire, car l'accomplissement de la prophétie eut lieu exactement à la fin des 1335 jours prophétiques en octobre 1874. Ce fut, en effet, au terme des 1335 années de la période d'attente, que l'on commença à reconnaître le fait de la présence de notre Seigneur, selon les indications des prophéties antérieures.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch3, page 85

Revenons aux paroles adressées par l'ange à Daniel dans le verset 13 du chapitre 12 : "Et toi, va jusqu'à la fin, et tu te reposeras et tu te tiendras dans ton lot [ta récompense], à [après] la fin des jours [des 1335 jours]" pendant la moisson qui commençait alors.
Dans l'expression "Toi, va jusqu'à la fin", la fin dont il est question n'est pas le "Temps de la Fin", "la moisson est la fin de l'âge" et comme nous l'avons déjà vu, la moisson est la période de 40 années allant de l'automne 1874, qui est le terme des "1335 jours", jusqu'à l'automne de 1914.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch3, page 87

Le chercheur studieux aura observé que la période appelée le "Temps de la Fin" mérite bien ce nom, puisque non seulement l'Age de l'Evangile prend fin pendant cette période, mais aussi en elle toutes les prophéties relatives à la fin de cet âge se terminent en s'accomplissant. On aura déjà remarqué aussi l'importance spéciale des 40 dernières années (de 1874 à 1914) du Temps de la Fin dont la durée totale est de 115 ans et que l'on appelle "la Fin" ou "Moisson".

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch5, page 119

[...] quelques fidèles furent instruits dans la Parole de vérité, remplis de son esprit, purifiés, et plus complètement séparés du monde, débarrassés de l'orgueil et amenés à s'appuyer toujours plus humblement sur Dieu, grâce aux leçons apportées par la déception de 1844. L'Epoux qui tardait, selon l'indication prophétique, et qui ne vint que trente ans plus tard, mit ainsi à l'épreuve ses disciples, il développa leur patience, leur humilité, leur soumission dans l'amour jusqu'au moment où ceux qui veillaient à la fin des "1335 jours", (1874, temps de la Moisson), reçurent le joyeux message et furent envoyés pour le proclamer à toute la classe du sanctuaire : "Voici l'Epoux !" Tous ceux de cette classe qui entendent, quand ils en reconnaissent l'importance, élèvent aussi la voix en disant : "Voici l'Epoux !" [...] Seuls, les consacrés, la classe du "Sanctuaire", sont préparés à recevoir cette vérité. Pour l"armée" des chrétiens de nom, aussi bien que pour le monde, tout cela est de la folie; ils ne se sentiront pas non plus les dispositions nécessaires pour vérifier et examiner les preuves énoncées dans les volumes de ces séries d'Etudes.
Après une lecture attentive des chapitres précédents du présent Volume et du précédent, le lecteur réfléchi constatera que tandis que chacune des prophéties de temps accomplit un dessein séparé et distinct, l'objet central de leur témoignage unanime et harmonieux a été de marquer avec justesse et précision, soit par la preuve directe, soit par la preuve indirecte ou par le témoignage corroboratif, la date du second avènement de notre Seigneur et de l'établissement de son Royaume sur terre, [...]

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch5, page 121, page 122 et page 123

Les cycles du Jubilé-type indiquaient 1874 ap. J.-C. comme étant la date du retour de notre Seigneur; cependant cette date était si bien dissimulée qu'elle ne put être découverte avant le "Temps de la Fin". Deux preuves vinrent confirmer ce témoignage, la Loi et les Prophètes, chacun étant indépendant de l'autre et pourtant également clair et convaincant.
Le merveilleux parallélisme des dispensations judaïque et évangélique nous enseigna cette même vérité avec des détails complémentaires. Le second avènement de notre Seigneur à la fin ou moisson de l'Age de l'Evangile qui commença à l'automne 1874 est un point chronologique exactement parallèle à la date du premier avènement, à la fin de l'Age judaïque (Voir la Table des Correspondances du Vol. II, pages 264-265).

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch5, page 124

Par cette méthode, nous avons clairement trouvé que le second avènement de notre Seigneur eut lieu en 1874, au mois d'octobre (Vol. II, chap.6) [...] on pourrait raisonnablement demander : Comment se fait-il que la Chronologie exacte de la Bible indique octobre 1872 comme point de départ du septième millier d'année, ou Millénium, tandis que les Cycles du Jubilé marquent octobre 1874, comme date du retour de notre Seigneur et le commencement des Temps du Rétablissement ?
[...] On doit se rappeler que le calcul de la chronologie remonte à la création d'Adam et qu'il s'écoula quelque temps avant qu'Adam et Eve eussent transgressé la loi divine. Quelle fut la durée exact de cette période, nous ne le savons pas, mais il est fort possible que ce soit deux ans.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch5, page 126

Les Temps du Rétablissement de toutes choses ayant commencé en octobre 1874, cette date doit marquer la fin du règne de six mille ans du péché. Ainsi le laps de temps qui sépare cette date d'avec les six milles ans écoulés depuis la création d'Adam, selon la chronologie, représente la période de l'innocence en Eden qui appartient au règne de la justice.
Une autre différence pourrait encore apparaître, à première vue, à savoir que le Seigneur serait présent à la fin de 1874 et que le Temps des nations ne se terminerait pas avant 1914, mais cet écart se trouve, au contraire, être en accord parfait et absolu avec les développements du Plan de Dieu pour la campagne du Grand Jour [...]

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch5, page 127

Tandis que les prophéties de temps indiquent ainsi 1874 et s'harmonisent avec cette date comme étant celle de la date de la seconde présence de notre Seigneur, nous assurant du fait avec une exactitude mathématique, nous nous trouvons nous-mêmes submergés par des preuves d'une autre sorte; car certains signes particuliers, prédits par le Seigneur, les apôtres et les prophètes, lesquels devaient précéder sa venue sont maintenant clairement reconnus comme accomplis réellement.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch5, page 128

[...], l'Antichrist, dont la venue était annoncée est également déjà venu; son règne a été long et terrible et, au "temps marqué" (en 1799), sa domination lui a été enlevée. La purification du Sanctuaire fut aussi accomplie selon la prophétie et suffisamment avant 1874 pour permettre de tenir prêt "un peuple préparé pour le Seigneur"; un peuple en attente pieuse de Sa venue, exactement comme ce fut le cas au premier avènement, où un peuple avait été préparé pour le recevoir.
Nous constatons que la date de 1874 s'harmonise aussi avec la prophétie (Daniel 12:1), qui fixe la venue de "Micaël" au "Temps de la Fin", c'est-à-dire quelque part entre 1799 et 1914 et comme cause et précurseur du temps de détresse.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch5, page 129

Le terme "moisson" donne une idée générale du genre d'oeuvre dont on devait attendre l'accomplissement entre 1874 et 1914.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch6, page 135

[...], mais aussi de nous rendre doublement sûrs que nous sommes du bon côté et que le temps de séparation est arrivé, il nous a fourni des preuves sur l'années où commença l'oeuvre de la moisson, sur sa durée et sur le moment de sa fin. Ces preuves, déjà examinées, montrent que la fin de 1874 marqua le commencement, comme la fin de 1914 marquera la clôture de ces 40 ans de moisson, tandis que toutes les particularités relatives à l'ordre et au travail de cette moisson furent décrites dans celle de l'Age judaïque, son type. Nous allons examiner maintenant quelques détails remarquables relatifs au temps de cette moisson-type, et prendrons note des leçons qu'ils enseignent, actuellement applicables, et que notre Seigneur prépara évidemment dans ce dessein afin que nous ne puissions être ni dans le doute ni dans l'incertude, mais que nous puissions connaître son plan et être capables d'agir en conséquence, avec force, comme co-ouvrier avec lui dans l'exécution de sa volonté révélée.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch6, page 153

Comme nous l'avons vu, le parallèle de celui-ci montre que 1874 est le temps de la seconde présence de notre Seigneur comme Epoux et Moissonneur, et qu'avril 1878 est celui où il commença à exercer en fait Sa charge de Roi des rois et Seigneur des seigneurs, cette fois comme Roi spirituel, présent dans toute sa puissance, quoique invisible aux hommes.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch6, page 154

Lorsque le frappement de la prophétie fut entendu annonçant la présence du Seigneur en automne 1874, il commença presque immédiatement à être reconnu et rapidement le cri fut poussé : "Voici l'Epoux ! allez à sa rencontre". Ce cri retentit toujours et retentira jusqu'à ce que toute la classe des vierges consacrées aient entendu et jusqu'à ce que leur foi et leur loyauté aient été éprouvées par lui. Les sages, avec leur lampe (la Parole de Dieu) préparée et allumée, et de l'huile (le saint esprit) dans leur vase (leur coeur), reconnaîtront toutes la présence de notre Seigneur. Disposant leurs affaires et leur conduite en accord avec leur foi, elles iront à la rencontre de l'Epoux bien-aimé et elles prendront place avec lui au festin des noces.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch6, page 202

Ce festin par la foi dans les vérités précieuses découvertes dans cette moisson en 1875 [1874], à la fin des 1335 jours (Dan. 12:12), au début de la moisson. Il est la félicité prédite par le prophète disant : "Bienheureux celui qui entend et parvient à mille trois cent trente-cinq jours !"

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch6, page 209

Nous avons vu que le commencement de cette semaine fut pour Israël charnel la date du commencement de son épreuve pendant sa moisson en l'an 29. Elle commença par le baptême de notre Seigneur, lorsqu'Il fut reconnu comme le Messie au Jourdain; le travail de la moisson commença à ce moment-là, le parallèle étant la reconnaissance de la présence du Seigneur en 1874, au commencement de la moisson actuelle.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch6, page 232

[...], nous voyons qu'en l'an 33 de notre ère, trois ans et demi après le commencement de la moisson judaïque en l'an 29, notre Seigneur prit possession typiquement de son pouvoir et exerça l'autorité royale (Voir Matth. 21:5-15). Le seul dessein de cet acte du Seigneur fut évidemment d'indiquer un point parallèle de temps dans la moisson actuelle, où il assumerait effectivement l'autorité et les fonctions de roi, autrement dit au printemps de 1878, trois ans et demi après son second avènement, au début de la période de moisson à l'automne 1874. L'année 1878 marquant ainsi la date de la prise de possession du pouvoir par notre Seigneur Jésus, il est raisonnable d'en déduire que ce fut là le début de l'établissement de son Royaume dont la première oeuvre serait la délivrance de son corps, l'Eglise, à commencer par les membres endormis.
[...]les saints apôtres et les autres "vainqueurs" de l'Age de l'Evangile qui dormaient en Jésus fussent ressuscités au printemps 1878 comme êtres spirituels, semblables à leur Seigneur et Maître. Nous en concluons donc que leur résurrection est maintenant un fait accompli, et que par conséquent ils sont présents sur la terre avec le Seigneur; si nous ne les voyons pas, c'est qu'ils sont sont maintenant comme leur Seigneur, des êtres spirituels, invisibles comme lui aux humains, et rien dans tout cela n'est contraire à notre foi.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch7, page 253

Notre croyance que le Royaume commença à être établi, ou amené au pouvoir en avril 1878 repose, on le voit, exactement sur le même fondement que notre croyance que le Seigneur devint présent dès octobre 1874, et que la moisson commença à ce moment-là.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch7, page 254

Nous avons derrière nous toutes les bonnes prophéties qui viennent aboutir au temps actuel comme étant la période la plus merveilleuse de toute l'histoire du monde. Elles nous ont montré que, depuis Oct. 1872, nous vivons dans le septième millénium; elles indiquent que la permission de régner accordée aux nations, "les temps des nations", expirera en 1914 et que la venue de Celui à qui appartient le jugement eut lieu en 1874 [...] La résurrection de notre Seigneur eut lieu trois ans et demi après son avènement comme Messie, qui eut lieu en l'an 29 de notre ère. La résurrection de son corps l'Eglise, devait avoir lieu en 1878, soit trois ans et demi après son second avènement en octobre 1874.
La prophétie a également indiqué comment notre Seigneur est revenu; car, bien qu'il soit présent, nous ne pouvons pas le voir avec les yeux de la chair, pas plus que les saints ressuscités qui sont semblables à lui. C'est donc avec les yeux de la foi - de la foi dans la "parole prophétique plus ferme", - que nous voyons Sa présence, [...] Nous avons vu que les 1290 jours marquèrent le commencement d'une compréhension des mystères de la prophétie en 1829 pour atteindre son point culminant dans le grand mouvement de 1844, connu sous le nom de mouvement du Second-Adventisme, moment où selon la prédiction du Seigneur, les vierges sages allèrent à la rencontre de l'Epoux, soit trente ans avant sa venue réelle. Nous avons vu l'acomplissement de la Parole montrant l'Epoux qui tardait. Voici maintenant plus de quinze ans [éditions de 1916 - Trad.] que retentit le cri proclamé au milieu de la nuit : "Voici l'Epoux !" Nous avons vu avec une grande joie que les 1335 jours bénis entre tous nous amenaient en l'année 1874, date marquant exactement le retour de notre Seigneur. Depuis ce moment-là, nous avons reçu toutes les bénédictions promises par une révélation toujours plus claire des merveilleux mystères du plan de Dieu.
Nous avons vu ensuite se dérouler la grande oeuvre de la moisson, au temps marqué et dans l'ordre fixé; cette oeuvre commença à l'automne de 1874 [...]

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch9, page 337, page 338 et page 339

Les preuves scripturales chronologiques que nous avons examinées montrent que cette détresse devait commencer dès le moment de la seconde venue de Christ (octobre 1874), lorsque commencerait le jugement des nations, sous les influences génératrices de lumière du Jour de l'Eternel.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch10, page 374

Personne ne devrait mettre en doute le fait que les quarante années de "moisson" commençèrent à l'automne de 1874, même si la détresse n'a pas encore atteint un point culminant et critique, et si ce temps de "moisson" a été, à certains égards, depuis cette date, une période pendant laquelle la connaissance a augmenté considérablement.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch10, page 375

Souvenons-nous aussi que les Ecritures nous ont prouvé de différentes manières, par les cycles jubilaires, par les 1.335 jours de Daniel, par les dispensations parallèles, etc., que la "moisson" ou fin de cet Age devait commencer en octobre 1874, date à laquelle le grand Chef moissonneur devait être présent [...]

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch10, page 397

[...] soit les dates pour (a) octobre 1874, pour (b) : octobre 1881 et pour (c) : octobre 1910 de notre ère.
Ces trois dates différentes indiquant la fin sont d'accord avec celles que nous avons trouvé enseignées dans les Ecritures, à savoir que la "moisson ou fin de l'âge" commeça en octobre 1874 et que l' "appel" proprement dit se termina réellement en octobre 1881.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch10, page 399

Nous marchons aujourd'hui encore par la foi et non par la vue. Depuis la date 1881, toutes les étapes préparatoires en vue du grand travail du rétablisement doivent être considérées comme des gouttelettes de la grande pluie de bénédictions qui rafraîchira avant peu toute la terre. L'oeil de la foi seul put discerner, à la lumière de la Parole de Dieu, les événements qui survinrent en 1874 et en 1881.

Source : Etudes dans les Ecritures, Vol III, Que ton règne vienne (1891), Ch10, page 404

1905 |-->

Nous comprenons que la grande trompette est la trompette antitypique "trompette du jubilé", la "septième trompette", qui est aussi symbolique que les six précédentes (Apoc. 11:15-18) lesquelles n'ont jamais fait entendre aucun son littéral. Elle a trompété symboliquement depuis octobre 1874, et elle continuera à soner jusqu'à la fin du Millénium. Lorsque cette trompette commence à sonner, "la moisson", la récolte et la séparation, qui doivent se continuer jusqu'à ce que les "élus", le "blé" soient tous rassemblés hors des présents "cieux" [systèmes ecclésiastiques] dans le Seigneur, commence aussi.

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Oct-Nov 1905, page 179

Si nous comptons 100 ans depuis 1780, date de l'apparition du premier signe, nous atteindrons l'années 1880; et à notre compréhension chaque article prédit avait commencé à s'accomplir à cette date : - la "moisson" ou temps de récolte ayant commencé en 1874 : l'organisation du Royaume et la prise de possession par le Seigneur de son grand pouvoir comme Roi en avril 1878 : et le temps de détresse ou "jour de la colère" qui commença en octobre 1874 et finira en octobre 1914

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Oct-Nov 1905, page 180

Nous pouvons supposer, que si Satan avait su plus tôt quelque chose de plus concernant le plan divin, il aurait arrangé ses affaires autrement [...] il fut pris à l'improviste par la parousia du Seigneur en 1874 et par l'oeuvre de la moisson qui alors commença [...] Le temps de la présence du Seigneur ne pouvait pas être connu par avance, même pas par ses saints. Aussi le fait de sa présence ne fut connu que près d'une année après octobre 1874, lorsque les coups frappés par la parole des apôtres et des prophètes eurent été reconnus. Depuis ce temps, il y a de nombreux signes extérieurs, des évidences de la présence du Fils de l'homme [...]

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Oct-Nov 1905, page 183

1906 |-->

L'application par M. Miller des 3 temps 1/2 (1260 ans) fut pratiquement la même que celle que nous venons de donner, mais il commit l'erreur de ne pas donner le même point de départ aux 1290 et 1335 ans. Il les datait de trente ans trop tôt - 509 au lieu de 539 - ce qui faisait se terminer les 1335 jours en 1844 au lieu de 1874. Ce fut nénmoins le commencement d'une compréhension juste de la prophétie [...] Ne comprenant la manière dont devait se faire le retour du Seigneur et dans quel but il reviendrait, et s'attendant à une apparition soudaine et visible pour l'oeil charnel, à une date où il supposait que toutes les prophéties prenaient fin, ses efforts tendirent à leur donner une fin commune.

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Mai-Juin 1906, page 232

Celui qui étudie les Ecritures avec soin aura observé que la période appelée le "temps de la fin", porte un nom qui lui est très approprié, puisque non seulement l'âge de l'Evangile s'y termine, mais que, également, toutes les prophéties relatives à la clôture de cet âge y prennent fin, atteignant leur accomplissement. La même classe de lecteurs aura remarqué aussi, l'importance particulière des 40 dernières années de ces 115 ans [1874-1914], appelé la "fin" ou "la moisson".

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Août 1906, page 249

Quelques coeurs fidèles furent ainsi instruits dans la parole de la vérité, rempli de son esprit [...] [en 1874, temps de la moisson] eussent reçu le joyeux message [...] lorsqu'ils reconnaissent son importance, sa valeur, élèvent aussi la voix, disant : "Voici l'Epoux" Et ce message de la moisson, adressé aux saints, continue à s'entendre [...] Pour "l'armée" des chrétiens de nom, c'est une folie; ils ne seront pas non plus disposés à vérifier les preuves scripturaires dans toute une série de volumes [...] le lecteur réfléchi observera que [...] l'objet central de leur témoignage uni et harmonieux, a été de marquer avec exactitude et précision, par évidence directe ou indirecte, ou par témoignage corroboratif, la date du second avénement de notre Seigneur [...] la force des différents traits prophétiques dans leur direction centrales [...] ces rayons de témoignage, unis et harmonieusement fondus, révèlent clairement le fait béni [...] que le Seigneur [...] est venu; qu'il est actuellement présent, roi spirituel [...] désigne 1874 comme la date du retour du Seigneur; mais cette date était si ingénieusement cachée qu'elle en rendait sa découverte impossible avant "le temps de la fin". Ce témoignage fut rendu doublement fort par les preuves venant des deux sources [...] indépendante l'une de l'autre et cependant également claires et convaincantes. Le second avènement de notre Seigneur à la fin de la moisson de l'âge de l'Evangile, survenant à la fin de l'année 1874 [...]

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Août 1906, page 250

ayant calculé les 1335 ans de Daniel XII jusqu'à leur fin, à cette même date, nous pouvons maintenant comprendre pourquoi l'ange en indiquant cette date de l'avenir, en parlait en termes si triomphants. - "O, la béatitude de celui qui attend [qui est dans une attitude d'attente et de veille] et qui atteint les 1335 jours (1874) [...] nous trouvons que le moment du second avènement du Seigneur est clairement prouvé être 1874 - en octobre de cette année, comme nous l'avons montré [...] Certains obstacles raisonnables contre la croyance en la présence de Christ peuvent encore surgir dans l'esprit de lecteurs, même attentifs, et nous aimerions les voir se dissiper. Par exemple, on pourrait demander avec raison: Comment se fait-il que la chronologie exacte de la Bible indique octobre 1872 comme le commencement des 7000 ans, ou du Millénium, tandis que les cycles de jubilés montrent octobre 1874 comme devant être la date du retour de Christ [...] Cette anomalie apparente, entre la date du second avènement et le commencement du 7ème millier d'années, semblait à première vue indiquer quelque chose d'imprécis quelque part [...] Une recherche plus minutieuse encore nous prouva que Dieu est un comptable exact et que ce cas ne doit pas faire exeption à sa précision mathématique. Le calcul de la chronologie commence à la création d'Adam et quelque temps s'écoula entre Adam et Eve [...] ce qui au premier abord aurait pu paraître une contradiction - que notre Seigneur serait présent à la fin de 1874, et que cependant les temps des nations ne prendraient pas fin jusqu'en 1914 - se trouve, au contraire, être en harmonie complète avec ce qu'on découvre du plan de Dieu [...] C'est pourquoi, cela doit être juste comme nous l'avons trouvé; il faut que notre seigneur soit actuellement présent [...]

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Août 1906, page 251

les temps prophétiques indiquent ainsi 1874, et s'harmonisent avec cette date comme étant celle de la seconde présence du Seigneur, nous affirmant le fait avec une précision mathématique, nous nous trouvons accablés par des évidences d'une autre nature; car certains signes particuliers, prédits par le Seigneur, par les apôtres et par les prophètes comme devant précéder sa venue, sont maintenant reconnus clairement comme accomplis [...] Nous trouvons que la date de 1874 est aussi en harmonie avec la prophétie de Daniel [12:1] [...]

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Août 1906, page 252

Et maintenant, il est venu ! Le Seigneur est vraiment présent! Et le moment est proche de l'établissement de son royaume, de l'exaltation et de la glorification de son épouse fidèle. Les jours d'attente de sa présence sont maintenant dans le passé et la béatitude de ceux qui attendent, prédite depuis longtemps est la nôtre. Aux yeux de la foi, Jésus est maintenant révélé par la lampe prophétique (2 Pierre 1:19) et avant que la moisson soit complètement terminée, la foi et les jours actuels de foi, seront remplacés par les joies délirantes de la pleine jouissance de nos espérances [...] voyant les indices de son approche rapide et en discernant déjà par la foi la présence de l'Epoux nous levons nos têtes et nous nous réjouissons, distinguant déjà l'aurore de notre délivrance. Oh! quelle plénitude de bénédictions et quel sujet de joie et de remerciement contient cette vérité !

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Août 1906, page 253

1907 |-->

Le terme "Moisson" donne une idée générale du travail que l'on doit s'attendre à voir s'accomplir entre les dates 1874 et 1914 [...], la moisson actuelle est le temps de la récolte de l'église professante (ce qu'on appelle chrétienté) afin que les vrais saints, sortis du milieu d'elle, puissent être exaltés et associés avec leur Seigneur, non pas seulement pour prêcher la vérité, mais aussi pour être employés dans le grand oeuvre de rétablissement du monde.

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Mars 1907, page 1

Non seulement le Seigneur nous montre ce à quoi nous devons nous attendre en cette "moisson", la part que nous devons y prendre, en nous séparant nous-même d'avec l'ivraie et en nous servant en "moissonneurs" de la faucille de la vérité pour en aider d'autres à se libérer des faux systèmes humains; mais pour nous rendre nous-mêmes doublement sûrs que nous sommes dans le bon chemin et que le temps de la moisson qui produit la séparation est arrivé, il nous a donné d'abondante preuves concernant l'année exacte du commencement du travail de la moisson. sa durée et le moment où elle se terminera. Cela, déjà examiné, indique l'année 1874, comme étant le commencement, et l'année 1914 comme étant la clôture de ces 40 années de moisson; [...] Comme nous l'avons vu, le parallèle à cela indique l'année 1874 comme le temps de la seconde présence de notre Seigneur comme époux et moissonneur et en Avril 1878 comme le temps où il commence en réalité à exercer sa charge de Roi des rois et Seigneur des seigneurs.

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Mars 1907, page 6

Cette "soixante-dixième semaine", et toutes les particularités du jugement de l'Israël charnel, avaient non seulement pour but de juger ce système: mais aussi, et cela tout particulièrement de représenter d'une façon typique, un jugement similaire de l'Eglise nominale de l'âge de l'Evangile, de l'Israël spirituel: appelée aussi: "chrétienté" et "Babylone", pendant sept années correspondantes qui commencent la moisson de l'âge de l'Evangile - et comprenant la période allant d'octobre 1874 à octobre 1881.

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Mars 1907, page 13

Nous avons vu que le commencement de cette semaine fut pour Israël selon la chair la date du commencement de leur épreuve de moisson, en l'an 29. Elle fut marquée par le baptème de Jésus et sa reconnaissance comme Messie au Jourdain - ce fut le commencement de la moisson. La parallèle ici en est la constatation de la présence du Seigneur en 1874, au commencement de la moisson actuelle.

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Mars 1907, page 25

Je me souviens toujours aussi de l'impression profonde que me fit ce petit livre. J'avais seize ans et avais terminé mon instruction religieuse, cependant je ne savais encore rien de la seconde venu de Jésus sur terre. Aussi quel ne fut pas mon étonnement d'apprendre par cette brochure que Jésus devait revenir bientôt, qu'il était même présent depuis 1874, mais invisible à l'oeil naturel - préparant son règne d'amour et de justice et se disposant à prendre son grand pouvoir pour 1915 et régner mille ans pour juger tous les habitants de la terre, les vivants aussi bien que les mort

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Dec 1907, page 99

1908 |-->

Il est bon de remarquer, que notre croyance dans le commencement de l'établissement ou de l'introduction en puissance du Royaume en Avril 1878, repose exactement sur le même fondement que notre croyance en la présence du Seigneur depuis octobre 1874, est que c'est à ce moment-là que commença la moisson.

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Janvier 1908, page 104

[...] l'avènement de Celui à qui appartient la domination était propre en 1874 [...] nous avons entendu depuis plus de 30 ans le cri de minuit: " Voici l'Epoux! " Avec une joie indescriptible nous avons appris que c'est en 1874 - date exact de la venue du Seigneur - que les 1335 jours sont arrivés à leur terme: et combien n'avons-nous pas depuis lors goûté le bonheur et la félicité du divin plan d'amour, grâce à cette parousie de Christ? [...] Oui, bon Sauveur et Seigneur, nous reconnaissons ta présence bien aimée et nous nous réjouissons des preuves de l'établissement de ton doux Règne dans ce jour qui est nôtre. Nos coeurs débordent de gratitude lorsque nous voyons l'accord parfait du divin témoignage - de la loi, des prophètes, des Evangiles et des apôtres. et même de la grande Pyramide de l'Egypte (Esaïe 19:19, 20) - l'accomplissement harmonieux de tout ce qui a été prédit.

Source : Le Phare de la Tour de Sion, Avril 1908, page 131

1910 |-->

[...] la promesse qui se réalise depuis 1878 pour ceux des croyant consacrés et fidèles qui vivent encore actuellement à la parousie de Christ (Apoca. 14:13; 1 Thess. 4:17) [...] Car ceux qui - arrivés au terme des 1335 jours et le sachant - meurent en Christ sont les bienheureux qui au moment même de la mort sont changés en un instant en un clin d'oeil.

Source : La Tour de Garde, Avril 1910, page 79

1911 |-->

" Depuis le temps de l'apparition de l'Israël typique comme nation attendant la venue du Messie jusqu'au temps où Jésus se présenta, il y eut une période de 1845 ans et depuis le temps de sa mort, lorsqu'il les laissa, jusqu'à la période que l'Ecriture montre comme étant celle de son second avènement (octobre 1874), il y eut de même 1845 ans, correspondant exactement aux deux périodes auxquelles Moïse s'offrit comme type. "

Source : La Tour de Garde, Novembre 1911, page 141

La TOUR DE GARDE (anglaise), messager de la présence de Christ, fut fondée en 1879; sa voix annonça au vrai Israël de Dieu que le second avènement de notre Seigneur comme Libérateur du monde a déjà pris place, qu'il est présent, mais invisible, un Etre spirituel que personne ne peut voir, pas même son église jusqu'à ce qu'elle soit changée et faite semblable à Lui, dans la première résurrection.

Source : La Tour de Garde, Novembre 1911, page 142

" Pensez-vous que le second avènement de Notre Seigneur s'accomplisse avant que tous les peuples, les Chinois [qui bougent actuellement], par exemple, aient entendu parler de son nom ? Cette objection m'a été faite par l'ami C. instituteur [avénement signifie présence - voyez la Bible Lausanne - et le second avénement signifie la seconde présence de Christ sur la terre qui doit durer 1000 ans; or en 1874, par la Bible traduite en toutes langues [...] "

Source : La Tour de Garde, Décembre 1911, page 152

1915 |-->

PREUVE DE LA PRESENCE (PAROUSIA) DE NOTRE SEIGNEUR

[...] Selon nos calculs les plus minitieux, cette période commença en 1874; depuis cette date nous vivons pendant la présence (ou parousia) du Fils de l'homme. Existe-t-il des faits qui confirment cette événement ? Certainement [...] Les bénédictions toutes spéciales que les étudiants de la Bible groupés ensemble ont reçues au cours des quarante dernières années sont le résultat direct de la présence du Seigneur qui a été notre Serviteur et nous a apporté de son trésor des choses nouvelles et anciennes [...] Notre Seigneur présent mais invisible, nous a apporté des lumières sur toutes les parties des plans divins, [...] Toutes ces choses, autrefois confuses et maintenant lumineuses pour nous, sont des preuves que notre Seigneur est présent et sert les siens. Nous savons que nous avons reçu ces choses, nous ne croyons pas qu'elles sont venues d'une langue ou d'une plume humaine mais du Seigneur qui nous donne de "la nourriture au temps convenable" [...] Cela constitue une excellente preuve que des événements exeptionnels se sont accomplis pendant le temps de la moisson.

Source : La Tour de Garde, 1 Janvier 1915, page 6

Nous pensons de même que la moisson de l'âge évangélique commença en 1874 et prit fin dans l'automne 1914.

Source : La Tour de Garde, Février 1915, page 12

1917 |-->

Nous allons indiquer quelques passages des Ecritures qui prouvent que la seconde venue du Seigneur eut lieu dans l'automne 1874

Source : Le mystère accompli, page 82

Seconde venue de Christ en 1874. Vérité présente coupante et dure,- Puissante proclamation de la vérité présenté par Russell. - les 7 tonnerres, ou les 7 volumes des Etudes des Ecritures [...]Les disciples fidèles absorbent cette nourriture spirituelle et vont proclamer la vérité présente, le mystère qui s'accomplit. [...] Je vis un autre ange puissant, qui descendait du ciel C'était " le messager de l'alliance ", notre Seigneur-Jésus à sa seconde venue en octobre 1874.

Source : Le mystère accompli, page 188

La grande trompette dont il est question représente pour nous la trompette du Jubilé véritable, du Jubilé millénaire. Nous savons que toutes ces trompettes sont symboliques, ce sont des proclamations. La dernière trompette a commencé à résonner en octobre 1874 et elle continuera à proclamer le message de la vérité jusqu'à la fin du millénium.

Source : Le mystère accompli, page 204

1921 |-->

J. F. Rutherford, le deuxième président de la SDTJ, a lui aussi défendu cette date pendant de longue années. dans la "La Harpe de Dieu" 1921, il écrit ceci :

1335 jours ajoutés à 539 ap. J.-C. nous amènent en 1874 ap. J.-C., époque à laquelle, selon la chronologie biblique, on doit attendre la seconde présence du Seigneur. [...] Depuis 1874, nous sommes entrés dans la dernière partie de la période du "temps de la fin". C'est en 1874 que commença le temps de la seconde présence du Seigneur, comme nous l'avons déjà expliqué. [...] Ce fut en 1874, l'année de la seconde présence de notre Seigneur, que fut fondé le premier syndicat ouvrier. A partir de ce moment il y eut une merveilleuse augmentation de lumière et de connaissance; les inventions et les découvertes faites depuis lors sont si nombreuses que nous ne pouvons les détailler ici. Nous n'en mentionnerons que quelques-unes, postérieur à 1874, comme preuve cumulative de la présence du Seigneur depuis cette date. Citons pour commencer, la merveilleuse révélation du plan divin des âges; [...] la bicyclette [...] [...] En comptant trois ans et demi à partir de 1874, moment de la présence du Seigneur, nous arrivons à 1878. Depuis 1874 jusqu'à 1878, le Seigneur prépara la moisson de l'âge de l'évangile. [...] Trouvons-nous dans l'âge de l'évangile, après 1874, une période de moisson qui soit l'accomplissement de la prophétie du seigneur ? [...] Nous remarquons que le merveilleux accomplissement de cette déclaration du Seigneur est une autre preuve corroborative que sa seconde présence date de 1874.

Source : La Harpe de Dieu" (1921), page 204, pages 208 et 209 et pages 210 et 211

Qui aurait pensé que la dynamite ou la bicyclette étaient des preuves évidentes de la présence du Seigneur ?
Notons que le divin plan des âges (1er volume de Russell) fait également parti de la preuves cumulative de la présence de Jésus !

Bien entendu, les témoins de Jéhovah actuel, rejettent ces 2 livres (le divin plan des âges + La Harpe de Dieu) ainsi que leurs contenus. Par conséquent, les propos diffusés à échelle mondiale, sont une insulte supplémentaire et gratuite envers le Seigneur, qui LUI, n'a rien à voir avec l'édition et la publication de ces mensonges. Non seulement le contenu de La Harpe de Dieu s'est avèré faux, mais en plus, la Société des témoins de Jéhovah, avait clamée que ce livre est considéré comme le meilleur livre du monde après la Bible :

LA HARPE DE DIEU

Ce livre explique les dix doctrines fondamentales de la Bible d'une manière si simple et si belle qu'il est considéré comme le meilleur livre du monde après la Bible.

Source : Gouvernement 1928, page 315

Rappelons aussi, que les chrétiens qui n'ont pas accepté cette croyance du retour de Jésus en 1874, ont été qualifié de moqueur par l'organisation des témoins de Jéhovah : p.215

Pourtant, qui a été obligé de changer de croyance par la suite ?

1923 |-->

Les Ecritures montrent que la deuxième présence du Christ a eu lieu en 1874 [...] Ce fait est incontestable et c'est pour cette raison que cela doit être accepté par tous les chrétiens réfléchis.

Source : La Tour de Garde, 1923, page 307.

1927 |-->

L'Ecriture prouve que soit la période de sa présence soit le jour de la préparation de Dieu commencèrent en 1874. La seconde venue du Seigneur commence en 1874 [...] Pour comprendre les événements de la présence du Seigneur de 1874 à 1914, il faut que quelqu'un soit spirituellement éclairé; le clergé ne l'est pas [...] Ce fut en l'an 1874, date de la seconde présence de notre Seigneur, que la première organisation ouvrière du monde fut créée. Depuis ce moment-là, il y eut une augmentation étonnante de lumière; les inventions et les découvertes ont été trop nombreuses pour être toutes mentionnées ici. Nous en citerons quelques unes qui ont été faites depuis 1874 afin de montrer l'évidence de la présence du Seigneur depuis cette date : [...] la bicyclette [...] la dynamite [...] Cette date, donc, une fois comprise, devait certainement fixer le temps où il est légitime d'attendre la seconde venue du Seigneur [...] l'année 1874, moment où, selon la chronologie biblique, la seconde présence du Seigneur devait se placer. Si le calcul est exact, c'est depuis lors qu'il est possible de discerner l'évidence de la seconde présence du Seigneur. [...] Les faits considérés ci-dessus montrent que le Seigneur est présent depuis 1874 [...] De 1874, début de sa présence, jusqu'à 1914, il fit une oeuvre préparatoire concernant son Eglise [...] La présence du Seigneur commença donc en 1874 [...] Jéhovah veut évidemment que personne n'ait l'excuse de n'avoir pas eu l'occasion d'entendre parler de la présence du Seigneur Jésus-Christ. Combien de temps il permettra encore que dure le témoignage mondial, nul ne le sait [...] Les preuves de la seconde venue du Seigneur ont été progressives et ont été communiquées au fur et à mesure au monde. Les Ecritures, comme aussi les événements qui sont un accomplissement des prophéties et qui sont des faits observés, connus, démontrent que la seconde venue du Seigneur date de 1874

Source : Création (1927), page 304, page 307, page 313, page 314, page 320, page 322-323 et page 335

1929 |-->

« Il est prouvé par les Ecriture que la seconde présence du Seigneur Jésus-Christ a commencé en l'an 1874 de notre ère. Ces preuves sont spécialements établies dans la brochures : " Le Retour de notre Seigneur ". »

Source : Prophétie, 1929, page 71

 


Ces enseignements divinement établis constituent des certitudes absolue pour Russell et son organisation. Le fondement de la création de la Tour de Garde, l'évangile, et le slogan de l'organisation pendant 50 ans, sont bien l'année 1874 et le commencement de la Moisson à cette date-là.
- Pour Russell, ces vérités doivent être connues de chaque personne. C'est d'ailleurs dans ce but-là qu'il a crée l'organisation et le journal de "la Tour de Garde et Messager de la Présence de Christ".

presence

La TOUR DE GARDE (anglaise), messager de la présence de Christ, fut fondéé en 1879; sa voix annonça au vrai Israël de Dieu que le second avènement de notre Seigneur comme Libérateur du monde a déjà pris place, qu'il est présent, mais invisible, un Etre spirituel que personne ne peut voir, pas même son église jusqu'à ce qu'elle soit changée et faite semblable à Lui, dans la première résurrection.

Source : La Tour de Garde, Novembre 1911, page 142

Il est frappant de voir à quel point les adeptes ont été aveuglé par un mauvais conducteur, au point de croire que Jésus avait déjà effectué son retour en 1874, et cela de façon totalement invisible même aux yeux de l'Eglise.
- Dans ce cas, qui a vu son retour ?
- Pourtant la Parole de Dieu est clair à ce sujet :

Voici, il vient avec les nuées. Et tout oeil le verra, même ceux qui l'ont percé; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen!

Apocalypse 1:7  

Car, comme l'éclair part de l'orient et se montre jusqu'en occident (Tout oeil le verra), ainsi sera l'avènement du Fils de l'homme.

Matthieu 26:27  

Après avoir dit cela, il fut élevé pendant qu'ils le regardaient, et une nuée le déroba à leurs yeux. Et comme ils avaient les regards fixés vers le ciel pendant qu'il s'en allait, voici, deux hommes vêtus de blanc leur apparurent, et dirent: Hommes Galiléens, pourquoi vous arrêtez-vous à regarder au ciel? Ce Jésus, qui a été enlevé au ciel du milieu de vous, viendra de la même manière que vous l'avez VU allant au ciel.

Actes 1:9-11  

La Bible nous met aussi en garde contre ceci :

quiconque va plus loin et ne deumeure pas dans la doctrine de Christ n'a point DIEU

2 Jean 1:9  

Les personnes qui ont annoncés cette résurrection de 1874 sont aller plus loin que la doctrine de Christ et ils sont du même nombres que Hyménée et Philète en renversant la foi de quelques-uns :

Evite les discours vains et profanes; car ceux qui les tiennent avanceront toujours plus dans l'impiété, et leur parole rongera comme la gangrène. De ce nombre sont Hyménée et Philète, qui se sont détournés de la vérité, disant que le résurrection est déjà arrivée, et qui renversent la foi de quelques-uns.

2 Timothée 2:16-18  

Comme quoi ceux qui sont mort en croyant cela aurez mieux fait de s'appuyer sur la Parole de DIEU que sur celle des hommes. Dans le même contexte, c'est précisement contre une telle entreprise de séduction que Jésus a lancé un avertissement :

‹‹ Plusieurs faux prophètes s'élèveront, et ils séduiront beaucoup de gens [...] Si quelqu'un vous dit alors : Le Christ est ici, ou : Il est là, ne le croyez pas. Car il s'élèvera de faux Christs et de faux prophètes ; ils feront de grands prodiges et des miracles, au point de séduire, s'il était possible, même les élus. Voici, je vous l'ai annoncé d'avance. Si donc on vous dit : il est dans le désert, n'y allez pas ; voici, il est dans les chambres, ne le croyez pas ››

Matthieu 24:11, v23-26  

N'ont-ils pas fait croire qu'il était revenu en 1874 dans les chambres de Brooklyn ?


eng flag

Voir les sources anglaises