Chronologie des dates et événements publiés

 

1881

But the change was mostly in name, for the pagan priests became christian priests and the pagan holidays came to be called by christian names - Christmas being one of these holidays kept sacred to the memory of a great Goddess - since called the celebration of Jesus' birth though actually nearly three months astray.

Source : Zion's Watch Tower, December 1881, page 6, (The anti-Christ)

Traduction : "Mais le changement était principalement de nom, car les prêtres païens devenus prêtres chrétiens et les fêtes païennes en sont venus à être nommés par des noms chrétiens - Noël est l'un de ces jours sacrés gardé en mémoire d'une grande Déesse - depuis appelée la célébration de la naissance de Jésus mais toutefois avec près de trois mois d'écart."

 

1883

L'article reconnaît que selon certains, le choix du 25 décembre comme date de naissance du Christ avait pour but "de transformer une vieille fête païenne à cette date, en une commémoration du Christ", et cela s'est fait "à peu près à l'époque où le soi-disant christianisme, devenant populaire avec les empereurs, a été adopté par des milliers de personnes païennes".
Source : The Watchtower, December 1883, R562, page 3, "When Was Jesus"

 

1884

Les cadeaux de Noël étaient perçus comme une expression d'amour de la part de celui qui en était l'auteur.
Source : The Watchtower, April-May 1884, R613, page 4, "Who Are Thou That Repliest Against God?"

 

1891

Le magazine "watchtower" fit la promotion de cartes de Noël.
Source : The Watchtower Octobre 1891, R1339

 

1892

On apprend de la propre main de Charles Russell, qu'il avait, avec son épouse Maria, invité d'autres fidèles, dont le couple Zech, pour le repas de Noël de l'année 1892
Source : Zion's Watch Tower Tract Society, April 25 1894, page 29, A Conspiracy Exposed

 

1898

"CHRISTMAS Day," in celebration of our dear Redeemer's birth, has for long centuries been celebrated on December 25th; and although it is now well known that this date is in error, and that it more properly corresponds with the date of the annunciation to Mary, nine months before our Lord was born, and that he was born about October 1st,--nevertheless, since the Lord has given no instructions whatever upon this subject, and since it is proper to do good deeds and think good thoughts upon any day, it cannot be improper, in harmony with general usage, for us to remember in a social way our dear Redeemer's birth at this time. Our Lord Jesus was God's great gift to Israel and to the world, as yet appreciated fully only by the Spiritual Israelite. Through him also all of God's gifts are promised and to be bestowed. (Eph. 4:8.) In view of these things, the custom throughout Christendom of making Christmas Day a joyful one, by the interchange of little tokens of love in the family, and to the poor, seems most appropriate.

Source : Zion's Watch Tower, December 15 1898, R2407, page 371, "Unto You Is Born... A Savior" (+ page 372 & cover)

Traduction : "Le jour de Noël" en célébration de la naissance de notre cher Rédempteur, a pendant de longs siècles été célébrée le 25 décembre, et bien qu'il est maintenant bien connu que ce jour est erroné, et qu'elle correspond plus correctement à la date de l'annonce à Marie, neuf mois avant que notre Seigneur ne naisse, et qu'il est né vers le 1er octobre — néanmoins, puisque le Seigneur n'a pas donné d'instruction, quelle que soit, sur ce sujet, et puisqu'il est bon de faire de bonnes actions et de bonnes pensées n'importe quel jour, il ne peut pas être mauvais, en harmonie avec l'usage général, de nous rappeler d'une manière sociale la naissance de notre cher Rédempteur à ce moment.

 

1899

Les Étudiants de la Bible adoptaient une attitude tout à fait traditionnelle sur la célébration de Noël. Plusieurs adeptes dont les lettres furent publiées dans les colonnes du périodique La Tour de Garde présentaient leurs vœux pour Noël. Par exemple,

Fin 1899, Alice G. James, de l'Illinois souhaita, "avec beaucoup d'amour chrétien, un joyeux Noël et une bonne année".
Source : The Watchtower, January 1 , page 7, "Our Elims. To My Beloved Pastor"

 

1902

Par l'usage général, Noël (ou fête du Christ) est célébrée le 25 décembre, et puisque sa commémoration n'est pas interdite dans les Écritures, mais est simplement une commémoration volontaire d'un grand fait, plutôt que d'une date donnée, nous ferions bien de la célébrer décemment à l'époque habituelle — malgré le fait que nous sommes en désaccord avec la date et soutenons, selon les témoignages, que notre Seigneur est né vers 1er octobre et que le 25 décembre, neuf mois plus tôt, était probablement la date de l'annonciation. - Luc 1:30,31.

Source : The Watchtower, December 1 1902, page 362, "Christmas Hopes and Joys"

 

1903

Une lettre d'une adepte du Missouri se conclut par ce souhait: "Je vous souhaite un très joyeux Noël et une heureuse et profitable nouvelle année".
Source : The Watchtower, February 1 1903, R3147, page 47, "Letters of Interest"

 

1904

Even though Christmas is not the real anniversary of our Lord's birth, but more properly the annunciation day or the date of his human begetting (Luke 1:28), nevertheless, since the celebration of our Lord's birth is not a matter of divine appointment or injunction, but merely a tribute of respect to him, it is not necessary for us to quibble particularly about the date. We may as well join with the civilized world in celebrating the grand event on the day which the majority celebrate - "Christmas day.

Source : Zion's Watch Tower 1904 Dec 1 page 364, R3468, "The Prince of Peace"

WT-1904

Traduction : Bien que Noël ne soit pas le véritable anniversaire de la naissance de notre Seigneur, mais plus proprement le jour de l'annonciation ou la date de son engendrement humain (Luc 1:28), néanmoins, puisque la célébration de la naissance de notre Seigneur n'est pas une question d'appointement divin, ou d'injonction, mais simplement un signe de respect pour lui, il n'est pas nécessaire pour nous de discuter particulièrement au sujet de la date. Nous pouvons aussi bien nous joindre au monde civilisé en célébrant le grand événement, le jour que la majorité fête - «le jour de Noël.

 

1905

Bien que nous ne pouvons pas accepter le fait que ce soit le jour approprié pour célébrer la naissance de notre cher Rédempteur, mais devons insister qu'il s'agissait d'octobre d'abord; néanmoins, puisqu'il n'avait pas fait connaître sa volonté que nous célébrions son anniversaire, il est tout à fait indifférent au jour que cet événement, d'une si grande importance à tous, soit célébré. À ce jour, si généralement célébré, nous pouvons convenablement nous joindre à tous ceux dont les cœurs sont dans l'attitude d'amour et de gratitude envers Dieu et envers le Sauveur."

Source : The Watchtower, December 15 1903, page 456, "Christmas Review"; également dans "Daily Heavenly Manna", 1905, au jour du 25 Décembre.

 

La Tour de Garde présenta certaines publications du mouvement comme constituant les cadeaux de Noël les plus utiles pour tout le monde.
Source : The Watchtower, November 15 1905, page 338, "Heavenly Manna for Gifts"

 

1907

Rappel d'offrir le magazine en cadeau pour Noël (The Watchtower, November 15 1907, R4094, page 351, "Scriptures Studies as Christmas Gifts" + The Watchtower, December 1 1907, page 354, "When Selecting Christmas Gifts")

Voici donc ce que chaque Etudiant de la Bible pouvait y lire chaque 25 décembre, et ce jusqu’en 1927 :

Fear not: for, behold, I bring you good tidings of great joy, which shall be to all people. For unto you is born this day in the city of David a Savior, which is Christ the Lord. Luke 2:10,11

ALTHOUGH we cannot agree that this is the proper day for celebrating the birth of our dear Redeemer, but must insist that it was about October first-- (Volume 2, p.54) nevertheless, since He did not intimate His desire that we should celebrate His birthday, it is quite immaterial upon what day that event, of so great importance to all, is celebrated. Upon this day, so generally celebrated, we may properly enough join with all whose hearts are in the attitude of love and appreciation toward God and toward the Savior. The habit of giving little remembrances one to another at this time of year seems to us specially appropriate. God is the giver of every good and perfect gift. He is continually giving and we are continually receiving from Him; but amongst all His gifts the one of greatest importance to us is the gift of His Son to be our Redeemer. Z. '03-457 R3290:4

Source : Manna - December 25

manna

Traduction : « Bien que nous ne puissions admettre que c'est le bon jour pour célébrer la naissance de notre cher Sauveur, mais nous devons insister que c'est le 1er octobre – (Volume 2, p. 54), et étant donné qu'Il n'a pas précisé Son désir que nous célébrions Son anniversaire, il est assez hasardeux de savoir quel jour cet évènement, qui est de la plus grande importance, doit être célébré. Durant ce jour, si généralement célébré, nous pouvons sans rougir nous joindre avec tous ceux dont les cœurs montrent une attitude d'amour et d'appréciation envers Dieu et envers le Sauveur. L'habitude de s'échanger des petits cadeaux les uns les autres durant cette période de l'année nous semble particulièrement appropriée. Dieu est celui qui donne tous les cadeaux bons et parfaits. Il nous donne continuellement et nous recevons continuellement de Lui; mais parmi tous Ses cadeaux celui qui a la plus grande importance pour nous est le cadeau de Son Fils qui est devenu Notre Sauveur. »

Source : Manne céleste quotidienne, 1907, «25 Décembre»

 

1908

Rappel d'offrir le magazine en cadeau pour Noël :

"The Wonderful Story of God's Love" et "Information for Colporteurs": "This is the title of a poem of 56 verses by Sister M. M. Land. It is a beautiful little booklet, appropriately illustrated, and suggested for use as a Christmas token. Price, 15c or $1.50 per dozen, postpaid. (...) Several of our most successful Colporteurs are finding rural districts and country roads excellent territory; better, they say, than cities. Remember to suggest DAWN-STUDIES and Manna for Christmas presents."

Source : The Watchtower, December 1 1908, page 354

 

1909

Rappel d'offrir le magazine en cadeau de Noël.
Source : The Watchtower, December 1 1909, page 354, "Daily Heavenly Manna, Etc."

 

1910

Rappel d'offrir le magazine en cadeau pour Noël.
Source : The Watchtower, November 1 1910, page 338, "Choose Possible Tokens Wisely and Early as Possible"

 

En 1910, Russell lui-même souhaita un bon Noël à ses fidèles.
Source : The Watchtower, January 1 1910, R4541, page 5, "1910-Greetings to Pilgrims and Colporteurs-1910"

 

1912

A l'occasion des fêtes de Noël et de nouvel-an, nous recommandons notre belle collection de cartes postales en couleur avec versets bibliques en anglais et français (les mêmes que notre office de Brooklyn) à 1.50 Fr. la douzaine.
Les mêmes plus grand avec support à 1.25 Fr. la pièce.
Image d'Esaïe 11:6 en couleur 3 Frs. la même en noir 1.50 Frs.
,, de Michée 4:4 en couleur 3 Fr.
,, de la Tour ,, 3 Fr.
,, de Christ avec texte 1.50 Fr
Les cartes Esaïe, Michée, la Tour en noir, à 60 cts, la douzaine. "

Source : 🇫🇷 La Tour de Garde, Décembre 1912, page 255

 

1914

Rappel d'offrir le magazine en cadeau pour Noël.
Source : The Watchtower, November 1 1914, R5573, page 322, "Christmas Orders"

 

1915

Rappel d'offrir le magazine en cadeau pour Noël.
Source : The Watchtower, November 15 1915, page 338, "Poems of Dawns"

Voici plusieurs pages de publications des Étudiants de la Bible proposant les écrits de la Watch Tower comme cadeaux de Noël (images 1 à 3), et les vœux de Noël de Russell (image 4):

1 2 3 4

 

1919

Au début, Joseph Franklin Rutherford était d'abord favorable à Noël. En 1919, Rutherford écrit que :

« Noël est considéré par beaucoup de gens comme la date de la naissance du petit Jésus dans une étable de Bethlehem. Que cette date soit correcte ou non n'a pas une grande importance, mais l'évènement était et est de la plus grande importance. »

Source : The Golden Age, 24 décembre 1919, page 215, « Religion and philosophy ».

Rutherford remercia les fidèles qui avaient envoyé de nombreux cadeaux de Noël à lui et à ses associés alors incarcérés. (La Tour de Garde (anglais), 15 janvier 1919, R6381, p.28, "Letters from Afield".

Dans les deux mois qui suivirent, Harriet, l'épouse de George Fisher, ainsi que l'épouse de Clayton Woodworth, firent de même (The Watchtower, February 15 1919, R6393, page 59, "Christmas Joy — Our Incarcerated Brethren" + The Watchtower, March 15 1919, R6408, page 94, "Letters from Afield").

Joseph Franklin Rutherford, décidera de cette interdiction, et ce plus de dix ans après le début de sa présidence. La Tour de Garde du 15 octobre 1998, tentait de retracer l'histoire de l'interdiction de Noël en ces termes :

«Dans les années 1920, une plus grande lumière de vérité a aidé [les Etudiants de la Bible] à comprendre ce qui suit : Jésus n’est pas né le 25 décembre, et cette date est liée au paganisme.»

Depuis 1907, voir avant, Russell savait que Jésus n’était pas né un 25 décembre et que ce jour avait donc une autre signification. Toutefois, cela ne l'empêchait pas de fêter Noël.

 

1921

Un premier article défavorable parut en mai 1921 dans L'Âge d'Or, critiquant les origines païenne de la fête et de l'arbre de Noël, acceptés par la chrétienté "apostate". Ironiquement, l'absence de toute mention de cette fête dans la Bible — ce qui était considéré par Russell comme une autorisation implicite, rien n'indiquant qu'il était interdit de la célébrer — est désormais perçu sous un angle restrictif, c'est-à-dire il n'est pas requis des chrétiens de la célébrer.

"Il est maintenant reconnu que le 25e jour de décembre, bien qu'appelé "le jour de Noël", n'est pas la date exacte de la naissance de notre Seigneur Jésus. Le début d'octobre est plus correct comme date de sa naissance en tant qu'homme, et avril pour sa naissance comme nouvelle créature. Mais le 25e jour de décembre était initialement observé par les pays païens (...), en l'honneur de la naissance supposée de leur faux messie (Egyptians, de Wilkinson, vol. IV, p. 403) et c'est dans le but de les concilier et de gonfler le nombre des adhérents nominaux du christianisme (soi-disant), que le même jour de fête a été adopté par l'église apostate, lui donnant seulement le nom du Christ."

"L'arbre de Noël, alors commun à cette date, était également commun dans la Rome et l’Égypte païennes. C'est la raison pour laquelle "Babylone la Grande" l'a adopté; car il n'y a aucune recommandation dans les Écritures nécessitant aux disciples du Christ d'observer le jour de sa naissance par les célébrations du jour de Noël. (...) Les Égyptiens ont utilisé le palmier pour leur arbre de Noël, mais le peuple de la Rome païenne a utilisé le sapin, parce que le sapin symbolisait le dieu ressuscité comme le Baal-berith de l'ancienne Babylone."

Source : The Golden Age, May 25 1921, pages 502, 503, "Mythology and the Bible", par Morton Edgar

 

1922

En 1922, les choses ne semblent pas avoir trop changé. Un article sur Saint Nicolas décrivait un personnage plutôt attachant, aidant les pauvres sans se soucier de faire connaître aux autres ce qu'il donnait. Il est toutefois précisé qu' « il ne se souciait pas de laisser une carte sur ses cadeaux; parce que c'était un cadeau venant du cœur » (The Golden Age, Decmber 6 1922, page 137, « Real Character of St. Nicolas », par Mme I. S. Marshall.).

L'origine du Père Noël fut à son tour critiquée; il était alors recommandé de dire la vérité aux enfants mais Noël n'était pas interdit, pourvu que l'on pensait à Jésus.

Citant l’Encyclopaedia Britannica, l'article présente les vraies origines du Père Noël, celui-ci étant au départ la fête du saint Nicolas, originellement célébrée le 6 décembre. Il est posé cette question: "Est-il sage d'encourager la coutume du "Père Noël", ou bien faut-il dire aux enfants les faits purs sur ce sujet?" La réponse est la suivante: "À ceux qui aiment l'honnêteté et la vérité, il n'y a qu'une seule réponse à cette question: ceux-ci sont tenus de décourager ce qui est semblable au mensonge et à la tromperie. Il vaudrait mieux en tout cas montrer aux enfants et à tous l'esprit véritable de Noël — qu'il célèbre d'une manière générale, le grand don que Dieu a pourvu pour le salut de notre race." Puis est cité le point de vue de Russell dans La Tour de Garde de 1903, page 457 (voir plus haut), qui autorise la célébration de Noël..
Source : The Golden Age, July 5 1922, page 628, "About Santa Claus", par Gerald Barry

 

1923

Dès 1923, on voit fleurir des articles dénigrant Noël comme étant avant tout une fête commerciale. Cela commence par un article intitulé «Conditions en Angleterre», où l’on pouvait lire ceci :

«Les conditions générales dans le pays sont encore bonnes compte tenu du taux impressionnant de chômage que nous avons en ce moment. Les perspectives économiques, autant localement qu'internationalement, sont faibles. Il a été rapporté que le marché de Noël à Londres est loin d'être à la hauteur des attentes : une indication qu'il n'y a plus beaucoup d'argent à dépenser.».
Source : The Golden Age, January 17 1923, page 238

Poème de Noël :

poem

Source : The Watchtower, December 15 1923, page 383, "Christmas" + Poème écrit par Frederick Lardent, dans L'Âge d'Or.
Source : The Golden Age, December 19 1923, page 186, "Christmas Bells".

Puis, le 19 décembre de la même année, le Golden Age ajoutait :

CHRISTMAS, like nearly every sacred thing, is commercialized and is made a part of that great Satanic counterfeit system, miscalled Christendom, [...]

Source : The Golden Age, 19 décembre 1923, page 187, « Exploitation of Christmas », par John H. G. Snow

Traduction : « Noël, comme presque toutes les choses sacrées, a été rendu commerciale et est devenue une partie intégrante du grand système satanique contrefait, appelé improprement la chrétienté, [...] »

Un article élogieux sur Noël

DEAR old Christmas, with its good cheer! What happy memories of childhood cluster around this season!
We all treasure the joys of Christmas and recall with pleasure its sweet songs of heavenly music, the merry faces of little children bright with expectation of coming favors, the beautiful Christmas trees bespangled with gold and silver, and the twinkling little canfles like tiny sentinels on the mount of green.

Source : The Golden Age, December 19 1923, page 188, "The Song of the Angels", Mme E. Hunter

Traduction : "Cher vieux Noël, avec sa bonne humeur! Quels souvenirs heureux de l'enfance se regroupent autour de cette saison! Nous chérissons tous les joies de Noël et nous souvenons avec plaisir ses chansons douces de la musique céleste, les visages joyeux des petits enfants brillants dans l'attente de faveurs à venir, les beaux arbres de Noël étincelants d'or et d'argent, et les petites bougies scintillantes comme des sentinelles minuscules sur les montagnes de vert." (L'Âge d'Or)

 

1924

En 1924, il était encore conseillé de commander rapidement le calendrier de l'année suivante afin qu'il soit reçu pour Noël. De même, une publicité parut dans L'Âge d'Or pour rappeler qu'il était possible de commander des publications des Étudiants de la Bible et de les envoyer comme cadeaux de Noël.
Source : The Golden Age, December 17 1924, page 192, "A Gift Received Unexpectedly".

 

1925

En 1925, la fête de Noël fut présentée comme étant marquée par l'hypocrisie, et la combinaison de différents facteurs (commerciaux, politiques et ecclésiastiques) à cette occasion n'honorait pas le nom de Dieu.
Source : The Watchtower, December 15 1925, page 371, "Peace of Good Will".

En 1925, le Golden Age cite un article du New York Times qui présente Noël comme une fête découlant de la mythologie nordique, et qui trouverait son origine dans le meurtre de deux amants. Selon l'article, les illuminations de Noël viendraient d'un arbre qui aurait poussé sur leurs corps meurtris, et qui aurait été illuminé si fortement par la magie de leur amour qu'aucun vent ne pouvait l'éteindre.
Source : The Golden Age, July 29 1925, page 677.

 

En 1925, Rutherford prononça un discours de Noël le 24 décembre, à 20h40, sur la station WBBR.
Source : The Golden Age, December 16 1925, page 190, "Radio Programs".

 

1926

En 1926, discours, chants et hymnes étaient toujours au programme.
Source : Golden Age, 1er décembre 1926, p.141, "Radio Programs".

Malgré ces exemples, la fête continue pourtant d'être célébrée chaque année au Béthel et dans les foyers des Etudiants de la Bible. Ainsi, le Golden Age du 1er décembre 1926 (p.141) annonce-t-il, comme l'année précédente, un discours et des chants de Noël à la WBBR, la radio officielle de la société Watchtower.

Bethel-1926
Célébration du dernier Noël au Béthel, en 1926

"Les étudiants des Écritures savent aussi que la naissance de l'enfant Jésus n'a pas eu lieu en décembre, mais à cause de la croyance générale sur ce point par la plupart des gens, il semble être un bon moment pour dire la vérité au sujet de sa naissance et le but de celle-ci. Le témoignage scripturaire, soutenu par des faits extérieurs, montre que la naissance de Jésus a eu lieu aux environs du 1er octobre. L'événement est si important qu'il est toujours approprié de le rappeler à l'esprit des gens, peu importe la date."

Source : The Watchtower, Dcember 15 1926, page 371, "Earth Rightful Governor"

 

1927

Le premier article condamnant ouvertement la célébration de Noël

Le 14 décembre 1927, le Golden Age publie un article intitulé « Les origines de Noël ». Ce pamphlet n'est pas de la main de Rutherford, mais est signé par J. L. Bolling, qui est sans doute très âgé, puisqu’il décède le 10 août 1928, c’est-à-dire moins d'un an plus tard.

L'article se base sur un périodique nommé Progress, lequel présente Noël comme une fête païenne ayant été instaurée par le pape Grégoire au IVème siècle. Il ajoute ensuite ceci :

« Nous voyons maintenant que Christ n'a rien du tout à faire avec l'institution de Noël; et la question se pose : Devons-nous continuer à observer une fête Catholique Romaine et plier les genoux vers Rome ? Cela n'est-il pas une partie de la « Marque de la bête » à jeter aux rebus avec les autres doctrines et pratiques papales ? Ne devons-nous pas purement et simplement l'ignorer comme le Carême, vendredi saint, le jour de la St. Patrick, et d'autres jours et cérémonies papales ! Et avez-vous remarquez que le mot « Christmas » (Noël) est simplement une contraction du terme bien Catholique « CHRIST MASS » ! (La messe du Christ) [...] Le fait que le monde, la chair, et le Diable sont en faveur de sa perpétuation et de son observance, est un argument final et concluant contre sa célébration par ceux qui sont dédié complètement au service de Jéhovah. »

Source : The Golden Age, December 14 1927, pages 178-179, "The Origin of Christmas", J.L. Bolling

- D'une fête qui était considérée comme montrant « une attitude d'amour et d'appréciation envers Dieu et envers le Sauveur », Rutherford et ses amis sont passés en quelques années seulement à «une partie de la « Marque de la bête» à jeter aux rebus ». Quel revirement !

- Cette même année, le livre Daily Heavenly Manna, qui se positionnait en faveur de Noël, ne fut plus utilisé, et remplacé par l’Annuaire.

 

1928

Noël est encore célébré au Béthel jusqu’en 1928, puis sera interdite. Cette année-là, les véritables raisons qui ont amené ce revirement sont exposées dans le Golden Age, écrit cette fois de la main de Rutherford lui-même :

"Beaucoup de gens pensent que Noël est le jour anniversaire de la date de naissance à Bethléem. Cela est incorrect. Le saint enfant est né vers le 1er octobre. Beaucoup de gens pensent que Noël célébré par les églises a pour but de rendre honneur au nom de Jésus. C'est également faux."

Source : The Golden Age, February 8 1928, page 303, "The Prince of Peace", discours par Rutherford

L'article poursuit en présentant Noël comme une célébration des plus commerciales, permettant de renflouer les caisses du clergé et des commerçants. On aura compris que cette fête n'est pas devenue inacceptable parce qu'elle avait une origine païenne, ni parce qu'elle servait à renflouer les caisses des magasins. Non, elle est devenue inacceptable parce qu'elle servait à renflouer les caisses du clergé, le principal adversaire !

Après l’article de février 1928 qui avouait les raisons bassement matérielles qui ont entrainé la société Watchtower à faire interdire Noël, il fallait trouver rapidement une raison « biblique » pour cette interdiction. C’est ce qu’un article du 12 décembre de la même année s’employa à faire. Se basant principalement sur le livre Les deux babylones d’Alexander Hyslop, publié en 1858, l’article prétendait que « la vérité est que le 25 décembre est l’anniversaire de Nimrod ». Cet article sera publié à nouveau l’année suivante, afin de bien s’assurer que le message est passé.

En décembre, un long article de sept pages de Richard H. Barber interdit définitivement l'observance de Noël: cette fête est, livres à l'appui, d'origine païenne, basée sur un mensonge — or, c'est le Diable qui est à l'origine des fausses doctrines —; c'est un moment de tension nerveuse et de préoccupation qui devient un fardeau pour les gens; Jésus n'a pas demandé d'observer sa naissance, mais sa mort, et le Diable a tout fait pour détourner de la rançon; c'est un moment de beuveries, de compétition, de rivalités pour offrir des cadeaux souvent inutiles, ce qui endette les gens; les parents mentent aux enfants en revêtant les habits du Père Noël; la date correspond en réalité à la naissance du méchant biblique Nimrod; etc.
Source : The Golden Age, 12 décembre 1928, p 163-69, "Christmas, Its Origin and Purpose", R.H. Barber. Puis repris dans "The Golden Age", December 25 1929, pages 195-201.

 

1929

En février 1929, L'Âge d'Or jugea bon de préciser qu'il n'y avait pas de connections entre le magazine et le bolchévisme, celui-ci ayant désormais interdit les célébrations de Noël en Russie, trois jours seulement après l'article ayant dénoncé "l'idée de Noël toute entière comme étant non scripturaire".
Source : The Golden Age, February 20 1929, page 330.

En décembre de la même année furent éditées plusieurs lettres de fidèles exprimant leur accord avec l'article de Barber au sujet du rejet de Noël, et chacune d'elles apportaient des arguments en défaveur de cette fête.

- The Golden Age, December 25 1929, page 201, "Christmas", the Year Around", Harold W. Kline
- The Golden Age, December 25 1929, page 202, "The Paganism of the Season"
- The Golden Age, December 25 1929, page 202, "The Teaching of the Druids — Pagans", Harry Powell
- The Golden Age, December 25 1929, page 202, "St. Nicholas the Highwayman", W.G. Wright
- The Golden Age, December 25 1929, page 203, "Truth Slowly Rising to the Light", W.N. Lundquist
- The Golden Age, December 25 1929, page 203, "Santa Claus Article Appreciated"

 

1930

En 1930, L'Âge d'Or justifia la chute du nombre de cartes de Noël en 1929 par le fait que les Étudiants de la Bible rejetaient désormais cette fête (!)

"Diverses raisons sont avancées pour lesquelles les cartes de Noël ont chuté d'un tiers en 1929 par rapport aux années précédentes. L'une des suggestions est que, en 1929, pour la première fois, une petite société de chrétiens a pris position contre la célébration de l'anniversaire lointain de Nimrod, et a refusé de continuer à l'honorer.
Source : The Golden Age, March 5 1930, page 365, "From Dan to Beersheba".

De plus, il fut rappelé que Noël était illégale en Écosse depuis 1644, au motif que c'était une fête païenne.
Source : The Golden Age), March 19 1930, page 397, "Kaleidoscopics".

À partir des années 1930, Noël fut citée entre guillemets et présentée comme comme étant "ce qui est appelé" ainsi et "soi-disant" Noël, autant de signes de dépréciation de la part des rédacteurs.

- The Watchtower, February 15 1934, page 62, "Birth of the Son of Man"
- The Watchtower, February 1 1940, page 41, "Power of the Demons"
- The Watchtower, December 1 1945, page 357, "His Unspeakable

 

1932

Un article de 1932 affirma que la folie de cadeaux de Noël engendrait "une sensation de malaise parmi les donneurs de cadeaux" et ne fournissait "aucune fin à l'injustice des pauvres clercs dans les magasins à la période de Noël et pendant les semaines précédentes".
Source : The Golden Age, October 26 1932, page 52, "The Giving of Gifts"

 

1933

En 1933, Noël et le baptême des enfants furent mis au même rang, étant tous deux "non scripturaires".
Source : The Golden Age, April 12 1933, page 424, "Another "Holy Year" of the Bottega del Papa".

 

1934

En 1934, un article expliquait le côté commercial entourant l'utilisation d'un sapin de Noël à Saint-Louis (Golden Age, 14 février 1934, p. 305, "Origin of a Christmas Tree").

S'exprimant au sujet de cette fête, une lectrice écrivit: "Quel soulagement d'être débarrassés de ce parasite! D'autres nous envient, mais n'ont pas le courage de rompre avec lui."
Source : The Golden Age, July 18 1934, page 659, "Housekeeping and Hygiene".

L'Âge d'Or souligna que "des érudits, dont quelques théologiens eux-mêmes, ont admis que l'époque et les pratiques de la saison de Noël ont une origine païenne."
Source : The Golden Age, September 26 1934, page 825, "Jesus Born About October First".

 

1936

En 1936, il fut rappelé que Noël était la date de célébration de la naissance de Nimrod.
Source : Golden Age, 20 mai 1936, p.519, "The Decay of Protestantism".

On nous dit que la hiérarchie catholique en avait fait un "business". (The Golden Age, Juny 3 1936, page 557, "Philistia (Catholic Action) a Murderess for 1 500 years").

Un article présenta en exemple un garçon de quatre ans qui avait répondu à un homme qui voulait lui offrir un cadeau pour Noël: "Le père Noël est le Diable, et l'arbre de Noël est le Diable aussi". Il avait aussi réarrangé en "Satan" des lettres d'alphabet qu'un adulte avait utilisé pour écrire "Santa". Cette histoire conclut ainsi: "Le papa de Bill est un papa heureux".
Source : The Golden Age, December 16 1936, page 169, "Public Education — The Bulwark of Liberty".

 

1975

Selon un récit ultérieur de la Watch Tower, Noël était alors fêtée dans l'ancienne Maison de la Bible à Allegheny, avec un arbre décoré dans le réfectoire; Russell offrait alors aux béthélites des pièces d'or de cinq ou dix dollars et disait: "Joyeux Noël à tous!".
Source : WTBTS, 1975, Annuaire des Témoins de Jéhovah, Watch Tower Bible & Tract Society, page 147.

 

1981

La Tour de Garde 15 Novembre 1981 page 28

 

1982

"célébrer Noel est une idolatrie coupable".
Source : 15 decembre 1982

 

1984

En 1984, la société Watchtower présentait les choses un peu différemment. Après avoir rappelé ses origines païennes, elle concluait que « Noël n’est jamais que la façade religieuse d’un temps d’excès et de relâchement. ».
Source : La Tour de Garde, 15 décembre 1984, pages 4-7.

 

2009

Comme Pâques, Noël est d'origine païenne. Voici ce que l'on pouvait lire en introduction de l'édition de 1858 du livre Les Deux Babylone, cité plus haut : « De chapitre en chapitre, notre surprise va croissant en découvrant l'origine païenne des coutumes de la chrétienté, telles que le culte de la « Vierge », le sapin et la bûche de Noël, les œufs de Pâques, etc. »

En fait, la découverte des origines païennes de Noël remonte bien plus loin que ce livre. En 2009, la société Watchtower précisait que «les racines païennes de Noël sont admises depuis longtemps. Du fait que ses origines n’étaient pas bibliques, cette fête était interdite en Angleterre et dans certaines colonies américaines au XVIIe siècle.»
Source : Qu’enseigne réellement la Bible ?, 2009, page 156.