La Traduction du monde nouveau est-elle fiable ?

 

 

Entre 1950 et 1960, la SDTJ a sorti de ses presses une traduction de la Bible intitulée New World Translation of the Holy Scriptures (Les Saintes Ecritures, Traduction du monde nouveau) (TMN).
La version français fut publiée en 1963.
Cette traduction ne comporte aucun nom des traducteurs :

Les membres de ce comité ont demandé à rester anonymes, même après leur mort. Nous avons respecté leur désir... Le comité de traduction de la Bible du Monde Nouveau a pensé que les titres universitaires et l'instruction de ses membres n'étaient pas la chose importante, bien que le traduction témoigne de leurs capacités.

Source : La Tour de Garde, n°6 éd. 1975, pages 191 et 192

Dans la langue française, plusieurs traductions sont à notre disposition. Les noms des traducteurs ou comité de traduction ne sont nullement occultés; chacun assume ainsi ses responsabilités. Quiconque le désire, peut vérifier la qualification des traducteurs. Il n'en est pas de même pour les traducteurss du Monde Nouveau. pourquoi leurs noms ne sont-ils pas même révélés après leur mort ? Comme l'a écrit Pierre Oddon dans son livre : " Les Saintes Ecritures Traduction du Monde Nouveau. Une falsafication " page 19 : "Il n'y a pourtant pas pour eux le danger de s'enorgueillir" ! C'est sans doute parce que l'on veut masquer le manque de qualification des traducteurs, et que, de ce fait, on ne peut les interpeller pour leur demander de justifier leur traduction partisane.

Aussi, très curieusement elle se base non sur les langues originales de la Bible, mais sur la version anglaise New World Transation of the Holy Scriptures.

A la page 3 nous lisons

Les Saintes Ecritures, Traduction du monde nouveau traduites d'après l'édition anglaise révisée de 1984; on s'est constament référé aux langues d'origine: l'hébreu, l'araméen et le grec

C'est donc une traduction d'une autre traduction !

Les Témoins de Jéhovah considèrent la TMN comme la traduction "la plus fidèle et la plus proche des originaux", tandis que toutes les autres traduites par la chrétienté sont " altérées par des traditions religieuse ou par la philosophie de ce monde ".

Elles sont toutes défectueuses, même la plus récente

Source : La Tour de Garde, 15/01/1951, page 24 + cover

La Bible est le manuel qui enseigne ce langage du juste monde nouveau. Par là nous ne parlons pas de l'hébreu, de l'araméen et du grec, langues dans lesquelles les Ecritures inspirées furent écrite à l'origine, ... Nous voulons parler du pur message de la Parole écrite de Dieu dont il est l'Auteur, et que lui seul peut rendre claire par son esprit. Ce message nous révèle qui Il est et quel est son nom, ... Les personnes qui, selon les Ecritures révélées, proclament le dessein de Jéhovah et annoncent son royaume établi, parlent cette langue pure; elles proclament son nom et le servent d'un commun accord. Jéhovah Dieu nous a donné la seule Bible originale. Mais malgré cela, les centaines de sectes religieuses de la chrétienté ne parlent pas la " langue pure " et n'invoque pas le nom de Jéhovah.

Source : La Tour de Garde, 15 Jan 1951, page 20 + cover

Pour appuyer ses affirmations concernant la TMN, la SDTJ n'hésite pas à rapporter le témoignage de plusieurs "spécialistes" en langues bibliques.

Pourtant, il n'est pas nécessaire d'être érudit dans les langues originales de la Bible pour comprendre que la TMN est une traduction bien tendancieuse, orientée et déformée dans plusieurs domaines. Elle est effectuée dans le seul but d'appuyer la théologie des TDJ dans leurs activités de propagande. Ce n'est pas une traduction objective, neutre et fidèle. L'organisation suit une traduction assez littéral dans les domaines qui ne touche pas leurs doctrines. Mais les versets touchant leurs doctrines sont traduits pour concorder parfaitement avec leurs enseignements officiels. Cette traduction porte effectivement toutes les caractéristiques et l'esprit de la SDTJ.

Par exemple, on trouve le nom de "Jéhovah" partout dans la TMN. Pourtant dans l'original, on ne le trouve pas comme " Jéhovah " mais comme " YHWH " (Tétragramme). En plus, ils ont ajoutés ce nom 237 fois dans le Nouveau Testament à partir de l'Evangile de Matthieu. De fait le nom de "Jéhovah" ou Tetragramme ne s'y trouve pas même une seule fois. Aucun des 15 000 manuscrits que nous possèdons du Nouveau Testament ne contient ce nom. La SDTJ l'insère dans leur TMN dans le but de créer un lien psychologique entre le lecteur et leur organisation.

La SDTJ rend aussi le mot croix par poteau du supplice " pour l'adapter à sa croyance, selon laquelle Jésus-Christ ne fut pas crucifié sur une croix, symbole païen, mais sur un simple poteau. Le Saint-Esprit est écrit en minuscule, saint-esprit, pour suggérer l'idée qu'il n'est pas une personne divine mais une force impersonnelle, selon l'enseignement de l'organisation. Le mot église est rendu par congrégation ". On ne trouve plus le mot enfer et séjour des morts dans la TMN. L'enfer est remplacé par Géhenne et le séjour des morts " par Hadès ". Ces termes, issus du grec, non traduits en français, ne sont pas faux en soit, mais dénotent l'esprit des TDJ. Ils se démarquent ainsi du christianisme général, en ayant leur propre traduction et leur propre vocabulaire.

La TMN contient aussi plusieurs versets falsifiés afin que ces derniers soient en harmonie avec l'enseignement officiel de la SDTJ. Ce sont surtout les versets montrant la pleine divinité de Christ qui sont altérés. La signification, la force de ces textes sont édulcorés et atténués. Voici quelques exemples :

Jean 1:1 : est traduit selon la théologie de la SDTJ comme "la parole était un dieu " au lieu de " la parole était Dieu ". Dans l'original il n'y a pas " un ", et Dieu n'est pas minuscule.

Jean 8:58 : où Jésus dit "Avant qu'Abraham fut Je suis " est rendu dans la TMN par " avant qu'Abraham vienne à l'existence, j'ai été ".
Pourquoi la SDTJ le traduit-elle ainsi ? Il est bien évident que le contexte de l'expression " je suis " nous renvoie dans Exode 3:14 et dénote l'existence éternelle de Jésus-Christ et de son identification avec Dieu le Père. Mais gênée de cette déclaration, la SDTJ déforme le sens original et le traduit par " j'ai été ". Elle essaie ainsi d'éviter l'idée d'un éventuel lien avec Exode 3:14 et fait passer le sous-entendu qu'il y a eu un temps où Jésus-Christ n'existait pas.

Colossiens 1:15-17 : Ces versets montrent dans leur ensemble l'éternité, la prééminence et la supériorité absolue du Christ sur toute la création. Ils sont traduits dans la TMN, de manière à ce que Jésus devienne le premier être créé, au moment de la création. Elle ajoute dans ce but cinq fois entre crochet "les autres", qui ne se trouvent pas dans le texte grec. Ainsi la SDTJ glisse intentionnellement ses croyances dans le passage.

Romains 9:5 : l'expression le Christ qui est au dessus de toutes choses, Dieu béni éternellement est rendue de sorte que ce n'est pas Jésus-Christ qui est Dieu béni éternellement, mais Dieu le Père. Pourtant le contexte et la syntaxe démontre qu'il s'agit bien de Jésus-Christ.

Colossiens 2:9 : " Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité. Pour dénigrer la pleine divinité du Christ, la SDTJ traduit ainsi: " Car c'est en lui qu'habite corporellement la plénitude de la qualité divine. "La divinité" devient dans la TMN "la qualité divine". Ce qui correspond bien à la théologie russellite, selon laquelle Jésus-Christ n'est pas pleinement Dieu, mais possède seulement certaines qualités divines.

Hébreux 1:8 : Ton trône, ô Dieu est éternel. Ce verset proclame implicitement la divinité du Christ. Mais la SDTJ déforme complètement le sens de ce verset en le rendant ainsi: Dieu est ton trône à tout jamais

1 Jean 5:20 : Le texte et le contexte indiquent que "Jésus-Christ: lui est le vrai Dieu et la vie éternelle". Mais la SDTJ remplace le pronom " lui " ou " celui-ci " par l'expression " c'est là " qui est un présentif bien vague. Ainsi, il renvoie cette appellation non pas à Jésus mais à Dieu le Père.

On constate encore l'esprit opposé à la divinité du Christ par leur introduction du nom Jéhovah dans le Nouveau Testament. La SDTJ essaie de justifier cet atout en évoquant la raison suivante : Lorsque les auteurs citent les paroles contenant le nom divin de l'Ancien Testament, ils doivent nécessairement le garder dans le Nouveau. Mais curieusement, la SDTJ ne suit pas toujours sa propre règle, lorsqu'il s'agit des citations contenant le nom divin attribuées à Christ dans le Nouveau Testament. Par exemple lorsque l'apôtre Pierre cite le Psaumes 34:9 "Goûtez et voyez que Jéhovah est bon" et l'applique à Jésus-Christ dans 1 Pierre 2:3, la SDTJ omet délibérément Jéhovah et le remplace par le Seigneur. Nous constatons encore que l'apôtre Pierre cite Esaïe 8:12 là où il est question de la sanctification et de la crainte de Jéhovah et l'applique clairement à Christ dans 1 Pierre 3:14-15. A nouveau la SDTJ omet Jéhovah et le remplace par Seigneur. Hébreux 1:10: "C'est toi ô Seigneur, qui au commencement a posé les fondements de la terre et les cieux sont les oeuvres de tes mains ". Cette citation, qui vient du Psaume 102, qui contient le nom divin, est attribuée à Christ. Pourtant encore une fois, la SDTJ préfère de ne pas suivre sa propre règle, et le traduit par Seigneur au lieu de Jéhovah, car pour elle, Jésus-Christ ne peut pas porter le nom de Jéhovah.

La SDTJ, pour justifier l'ajout du nom divin, évoque différentes suppositions et théories. Elle trouve déraisonnable que ce nom soit ignoré dans le Nouveau Testament, du fait qu'il est utilisé dans l'Ancien près de 7000 fois. Jésus et ses disciples doivent nécessairement l'utiliser lorsqu'ils citent le texte hébreu. Leur raisonnement paraît logique, mais ne correspond pas à la réalité des documents que nous possèdons. Ni dans les manuscrit grecs ni dans les écrits des premiers chrétiens, nous ne rencontrons une seule fois le nom divin lorsqu'ils citent le texte hébreu. De plus soulignons que 125 utilisation sur 237 du nom de Jéhovah, dans la TMN, ne proviennent pas des citations de l'Ancien Testament. Elle les introduit là où elle veut, surtout pour éviter l'identification du Christ avec son Père et dénigrer sa divinité. Tous les traducteurs du Nouveau Testament utilisent Kurios (seigneur) à la place du nom divin, selon la coutume en vigueur de l'époque. Même plus: nous ne trouvons pas le nom divin dans les écrits des Pères de l'Eglise, lorsqu'ils citent l'Ancien Testament où apparaît ce nom. La SDTJ est tellement attachée à l'utilisation de ce nom, et gênée du fait que le nom divin ne se trouve pas dans le Nouveau Testament, qu'elle va jusqu'à prétendre que les premiers copistes ont altéré le texte grec, enlevant Jéhovah pour le remplacer par Seigneur :

Alors pourquoi le nom divin est-il absent des manuscrits aujourd'hui disponibles des Ecritures grecsques chrétiennes ou de ce qu'on appelle le "Nouveau Testament"? De toute évidence parce que, à l'époque où ces copies ont été faites (à partir du troisième siècle), le texte original des écrits des apôtres et des disciples avait été altéré

Source : Auxiliaire pour une meilleure intelligence de la Bible, page 772

C'est une affirmation très grave, qui remet en question toute l'autorité, la fiabilité du Nouveau Testament. Quelle hérésie, quelle attitude irrespecteuse de la part d'une organisation qui prône un attachement exclusif à la Bible, tout en avançant de telles affirmations ! La SDTJ ose s'attaquer à la fiabilté de la Parole de Dieu dans le seul but d'étayer et de justifier ses propres idées préconçues. Mais selon les données bibliques et historiques, il est certain qu'une telle altération n'est ni possible ni acceptable. Est-ce réalisable et logique qu'on réunisse tous les manuscrits existants, diffusés dans le monde entier, pour ensuite supprimer le nom divin en le remplaçant par "le Seigneur" ?
Est-ce possible que 15000 manuscrits, dont plus de 5000 en grec, soient tous altérés ? Est-il raisonnable de penser que Dieu, qui veille sur sa Parole, permette une telle falsification ? Pourquoi Dieu n'a-t-il pas permis qu'un seul manuscrit en grec contenant son nom subsiste ?
Il existe encore une autre question vitale: s'il y a eu une falsification sur ce point important, comment pouvons-nous être certains qu'il n'y a pas eu d'autres altérations, sur d'autres points capitaux de la foi chrétienne ? De plus, ces premiers copistes auraient-ils altéré aussi des milliers de documents existants, écrits par les premiers chrétiens ?
NON ! Cela reflète la mentalité et l'esprit sectaire de la SDTJ, qui ne se conforme pas à la Bible, mais tente de l'adapter à ses propres vues.

La SDTJ falsifie également d'autres textes qui vont à l'encontre de leurs enseignements officiels. Par exemple, comme ils ne croient pas à la survie de l'âme, ils traduisent Luc 24:43 de la manière suivante: "Vraiment je te le dis aujourd'hui, tu seras avec moi dans le paradis" au lieu de le traduire "En vérité je te le dis : aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis". Comme ils ne croient pas à l'existence de l'esprit de l'homme indépandamment de son corps, ils traduisent Hébreux 12:23 comme "des vies spirituelles des justes qui ont été rendus parfaits au lieu de le traduire "des esprits des justes parvenus à la perfection". Comme ils ne croient pas que les saints de l'Ancien Testament hériteront la vie céleste, ils traduisent Hébreux 11:16 : "Mais maintenant ils aspirent à un (lieu) meilleur, c'est-à-dire un (lieu) appartenant au ciel". Pourtant la traduction exact devrait être "Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c'est-à-dire une céleste". Comme ils ne croient pas non plus au châtiment éternel des pécheurs, la SDTJ remplace châtiment éternel de Matthieu 25:46 par retranchement éternel", qui suggère l'idée d'une suppression de l'être.

Bien sûr, la SDTJ essaiera de se justifier en disant qu'une telle expression est aussi traduite dans d'autres traductions à la façon de la TMN. C'est bien possible, mais aucune traduction ne contient autant de déformations que la TMN. Ceci reflète parfaitement la vision et l'enseignement de la SDTJ. La déclaration suivante de la SDTJ révèle une fois de plus le mobile de la TMN :

Le besoin d'une traduction en langage moderne, en harmonie avec la vérité révélée... se faisait de plus en plus sentir

Source : Les Témoins de Jéhovah dans les desseins divins, page 257

Donc, la TMN est une traduction qui harmonise ou arrange la Bible avec les vérités sacrées que Jéhovah a révélées à son peuple, à savoir les Témoins de Jéhovah! En conclusion, ce que nous avons vu devrait être suffisant pour conclure avec le professeur A.A. Hoekema que

La TMN n'est pas une traduction objective de la Bible...mais une traduction falsifiée, dans laquelle beaucoup d'enseignements de la Société Watch Tower ont été frauduleusement introduits

The Four Major Cults, page 242

Il est évident que ces altérations et cette harmonisation ne sont pas une attitude digne du peuple de Dieu, mais reflètent l'esprit sectaire de la SDTJ.

Nous rejetons les choses honteuses qui se font en secret, nous n'avons point une conduite astucieuse, et nous n'altérons point la parole de Dieu

2 Corinthiens 4:2, 2 Corinthiens 2:17

C'est ce qu'il fait dans toutes les lettres, où il parle de ces choses, dans lesquelles il y a des points difficiles à comprendre, dont les personnes ignorantes et mal affermies tordent le sens, comme celui des autres Ecritures, pour leur propre ruine

2 Pierre 3:16, Apocalypse 22:18

 

↩ retour TMN

 

¤¤¤¤¤
¤¤¤
¤