Origine de la Traduction du monde nouveau

 

 

Voici 2 tableaux provenant des pages 308 et 309 du livre "Toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile", publié par la Watchtower en 1997.

Toute-Ecri-EIeU-p308-mini Toute_Ecri-EIeU-p309-mini

Voyons aussi les pages 408, 409 et 410 du livre " Comment Raisonner à partir des Ecritures ".

Com-Raiso-APDE_Cover Com-Raiso-APDE-TMN Com-Raiso-APDE-TMN-p409 Com-Raiso-APDE-TMN-p410

Traduction du monde nouveau

Définition: Version des Saintes Écritures traduite directement de l’hébreu, de l’araméen et du grec en anglais moderne par un comité de Témoins de Jéhovah oints de l’esprit. Ce comité s’est exprimé comme suit à propos de sa tâche: “Les traducteurs que guident la crainte et l’amour de Dieu se sentent (...) particulièrement responsables à son égard, donc tenus de rendre aussi exactement que possible les pensées et les déclarations de l’Auteur des Saintes Écritures. Ils se sentent encore responsables vis-à-vis des lecteurs attentifs des versions modernes, de ceux qui, pour leur salut éternel, ajoutent foi à la Parole inspirée du Dieu Très-Haut.” La première édition de la Bible s’est échelonnée sur plusieurs années, de 1950 à 1960. La traduction française a été faite à partir de la version anglaise. Elle a été achevée en 1974.

Sur quoi la “Traduction du monde nouveau” est-elle fondée?

Pour traduire les Écritures hébraïques, on a utilisé la Biblia Hebraica de Rudolf Kittel, édition de 1951-1955. La révision de 1984 tient compte des mises à jour de la Biblia Hebraica Stuttgartensia (1977). Par ailleurs, on a consulté les manuscrits de la mer Morte et de nombreuses versions anciennes. Pour les Écritures grecques chrétiennes, on a principalement recouru au texte grec publié en 1881 par Westcott et Hort. Plusieurs autres textes grecs ont aussi été utilisés, ainsi qu’une foule de versions anciennes.

L’identité des traducteurs

En renonçant à leurs droits d’auteurs, les membres du Comité de la Traduction du monde nouveau ont demandé à garder l’anonymat. La Société Watch Tower a décidé de respecter leur volonté. Les traducteurs ne cherchaient pas à se faire connaître, mais à honorer Dieu, l’Auteur des Saintes Écritures.
Au fil des années, d’autres comités de traduction ont pris une position analogue. Par exemple, voici ce qu’on pouvait lire sur la jaquette de l’édition à références (1971) de la New American Standard Bible: “Nous n’avons utilisé aucun nom de biblistes pour qu’on puisse s’y référer ou s’en recommander, car nous croyons que la Parole de Dieu a assez de valeur par elle-même.”

Est-ce vraiment une œuvre d’érudition?

Les traducteurs ayant décidé de rester dans l’anonymat, on ne peut répondre à cette question sur la base de leur formation universitaire. Il faut donc juger leur traduction d’après ce qu’elle vaut.
De quel genre de version s’agit-il? C’est avant tout une traduction fidèle et en grande partie littérale des originaux. Il ne s’agit pas d’une paraphrase dans laquelle on laisse de côté les détails qui paraissent secondaires et où l’on ajoute les idées que l’on juge utiles. Pour aider les étudiants de la Bible, certaines éditions de la Traduction du monde nouveau portent en bas de pages des notes qui présentent les différentes variantes possibles là où une expression peut être rendue à juste titre de plus d’une façon. On y trouve aussi des références aux manuscrits anciens d’après lesquels ces options ont été prises.
Dans la Traduction du monde nouveau, certains versets ne se présentent pas exactement comme dans d’autres Bibles. Dans de tels cas, quelle est la bonne leçon? Les lecteurs sont invités à considérer les références textuelles citées dans l’édition anglaise de la Traduction du monde nouveau, à lire les explications données dans l’appendice et à comparer plusieurs versions des Écritures. Ils s’apercevront généralement que d’autres traducteurs ont vu la nécessité de traduire ces passages d’une manière analogue.

Pourquoi la Traduction du monde nouveau emploie-t-elle le nom Jéhovah dans les Écritures grecques chrétiennes?

Il faut déjà noter qu’elle n’est pas la seule Bible à le faire. Le nom divin apparaît dans des traductions des Écritures grecques chrétiennes en hébreu, dans des passages qui citent textuellement les Écritures hébraïques divinement inspirées. L’Emphatic Diaglott (1864) renferme 18 fois le nom Jéhovah. Des versions des Écritures grecques chrétiennes en 38 autres langues utilisent aussi une forme locale du nom divin.
Vu l’importance que Jésus Christ attachait au nom de son Père, tout porte à croire qu’il l’utilisait librement (Mat. 6:9; Jean 17:6, 26). Selon Jérôme, qui vécut au IVe siècle, l’apôtre Matthieu a d’abord écrit son Évangile en hébreu. Or cet Évangile cite de nombreux passages des Écritures hébraïques qui renferment le nom divin. D’autres rédacteurs des Écritures grecques chrétiennes ont cité la Septante (une traduction grecque des Écritures hébraïques qui a été commencée vers 280 av. n. è.), dont les premières copies portaient le nom divin en caractères hébraïques, comme en témoignent les fragments qui nous en sont parvenus.
Le professeur George Howard, professeur à l’université de Géorgie (États-Unis), écrivait: “Étant donné qu’on trouvait encore le Tétragramme [les quatre lettres hébraïques représentant le nom divin] dans les copies de la Bible grecque auxquelles l’Église primitive faisait référence, il est raisonnable de penser que les rédacteurs du N[ouveau] T[estament] l’ont également maintenu dans le texte biblique quand ils ont cité les Écritures.” — Journal of Biblical Literature de mars 1977, p. 77.

Pourquoi semble-t-il manquer des versets?

Ces versets que l’on trouve dans certaines traductions n’apparaissent pas dans les manuscrits les plus anciens. Une comparaison avec d’autres traductions modernes, telles que PB et TOB, montre que d’autres traducteurs ont également reconnu que les versets en question n’avaient pas leur place dans les Écritures. Certains versets ont été pris d’une autre partie de la Bible et interpolés par un scribe.

 

↩ retour TMN

 

¤¤¤¤¤
¤¤¤
¤